Drogues : le bad trip de Medvedev

23 Avril 2011
1 813 lectures
Notez l'article : 
0
 
produits.jpg

La Russie ne fait pas de progrès en matière de lutte contre la toxicomanie, le pays comptant quelque 2,5 millions de consommateurs, essentiellement des jeunes, a reconnu (18 avril) le président Dmitri Medvedev. "Malgré l'attention accrue que nous accordons à ce thème et l'adoption il y a un an d'une stratégie d'Etat de lutte contre la toxicomanie jusqu'en 2020, on a très, très peu de résultats positifs", a relevé le président russe. Il estime que le chiffre officiel de 650 000 personnes consommatrices régulières en Russie était largement sous-estimé. Comme le précise l’AFP,  le Service fédéral de lutte antidrogue a estimé que quelque 30 000 personnes étaient mortes d’overdoses en 2009. Evidemment, comme toujours avec ce sujet, la réflexion des pouvoirs publics russes montrent vite ses limites. Ainsi, Dmitri Medvedev pense qu’une des solutions au problème qu’il identifie, consiste à généraliser les tests de dépistages dans les écoles et les universités. "Le test n'est pas une mesure punitive, c'est une mesure pour contenir (...) toute personne, jeune ou adulte et cherchant du travail, se dira que même s'il prend une seule fois une drogue, ce sera découvert et cela l'empêchera de prendre des drogues". Bref, ce n’est pas gagné. Et ce d’autant plus que la question des produits de substitution à l'héroïne n'a pas été abordée, ces médicaments, en premier lieu la méthadone, étant interdits en Russie.