Drogues : populations vulnérables laissées pour compte

4 Juin 2019
3 002 lectures
Notez l'article : 
0
 

Bonne nouvelle ! Des progrès ont été enregistrés vers l’accomplissement des objectifs 90-90-90 selon lesquels les États membres des Nations unies se sont engagés à ce que, d’ici à 2020, 90 % des personnes vivant avec le VIH connaissent leur état sérologique vis-à-vis du VIH, 90 % de ces personnes soient sous traitement et 90 % des personnes sous traitement présentent une charge virale indétectable, indique une récente communication de l’Onusdia (20 mai). Reste pourtant un problème de taille (ce n’est d’ailleurs pas le seul) : les personnes consommatrices de drogues injectables et d’autres populations clés (travailleurs-ses du sexe, personnes en détention, hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes, etc.) sont souvent laissées pour compte. Ainsi, parmi le treize pays qui ont récemment transmis des données à l’Onusida concernant la couverture du traitement chez les personnes vivant avec le VIH qui consomment des drogues injectables, huit ont déclaré que cette couverture était plus faible chez les personnes consommatrices de drogues injectables qu’au sein de la population plus large des adultes vivant avec le VIH.