Egypte : le paradoxe de "l’invention" de la machine à guérir

21 Mai 2014
1 667 lectures
Notez l'article : 
1
 
0

Le journal indépendant égyptien online "Mada Masr" a publié (7 mai) un article décapant : "EGYPTE : Tu peux être fier d’avoir le sida !" qui montre l’incroyable décalage entre les annonces dingues de l’armée égyptienne qui prétend avoir créé une machine qui peut guérir du VIH et de l’hépatite C, nouvelle qui vaut à l’armé égyptienne les louanges des journaux locaux, et la situation réelle dans le pays des personnes vivant avec le VIH et des groupes où les risques d’être infecté est fort. "Passons sur la crédibilité de l’annonce et sur le sérieux de cette "invention" et intéressons-nous à un paradoxe : ceux-là mêmes qui niaient hier encore l’existence du sida en Egypte couvrent aujourd’hui d’éloges l’armée égyptienne pour l’invention de cet appareil (…) D’un coup, tout le monde s’est mis à parler ouvertement du sida, comme si le sujet avait toujours fait l’objet d’un débat public", dénonce Amani Massoud, auteur de l’article, publié en français sur le site de "Courrier International". Mais pour le journal égyptien, le cœur du problème réside dans le paradoxe de la répression de certains groupes… concernés au premier chef par le VIH/sida. Ainsi le journal rappelle la récente condamnation de quatre hommes pour homosexualité à des peines allant jusqu’à 8 ans de détention. "En Egypte, 20 % des infections liées au virus du VIH se transmettent lors de relations sexuelles entre personnes du même sexe, 30 % par la prise de drogue en intraveineuse. Je me demande combien de personnes se trouvant dans un des deux cas de figure auront le cœur de se présenter devant l’armée pour accéder à cette guérison miraculeuse. Tous les médicaments du monde – et tous les appareils qu’on inventera – ne pourront guérir le sida qu’à condition que les malades ne soient plus stigmatisés". Un article assez passionnant à lire sur le site de "Courrier International".