Égypte : prison pour l'interview d'un homosexuel

5 Février 2019
369 lectures
Notez l'article : 
0
 

Jugé par un tribunal de Gizeh (près du Caire), le journaliste Mohamed al-Ghiety a été condamné à un an de prison pour l'interview d'un homosexuel sur une chaîne de télévision privée (LTC). Il a également été condamné à payer une amende de 3 000 livres égyptiennes pour « promotion de l'homosexualité ».  Le journaliste peut interjeter appel et demander la suspension de la décision du tribunal. Cette interview était consacrée à la vie des travailleurs du sexe. A la suite de la diffusion de cette interview, le principal organe de régulation des médias en Egypte avait immédiatement suspendu la chaîne LTC, pendant deux semaines, pour « violation » des règles professionnelles relatives aux médias.  Pourtant, l'homosexualité n'est pas explicitement interdite par la loi égyptienne, mais les autorités sévissent de plus en plus contre les homosexuels. Comme l’explique la BBC Afrique, les autorités recourent à la loi de 1961 sur la prostitution, qui criminalise la « débauche habituelle », pour inculper les personnes qu'elles soupçonnent d'avoir des « pratiques homosexuelles ». L'organe de régulation des médias en Egypte « interdit la présentation d'homosexuels ou de faits relatifs à l'homosexualité » depuis 2017, établissant ainsi un cadre très strict de censure.