Élisabeth Borne veut améliorer le 115

10 Janvier 2023
3 347 lectures
Notez l'article : 
0
 

Sans-abris. La Première ministre a souhaité mercredi 21 décembre, en visitant un centre d'hébergement d'urgence pour les jeunes femmes, améliorer le 115, la ligne téléphonique dédiée aux personnes sans-abris, en termes de réponses et d'écoutants-es. Plus que jamais débordés en cette période, les responsables du 115 alertent sur le manque « désespérant » de places d'hébergement d'urgence. « On a des progrès à faire sur le 115, à la fois matériels, pour qu'il y ait plus de meilleures réponses, plus d'écoutants. Mais aussi sans doute d'autres dispositifs et ça c'est un grand chantier pour l'année 2023 », a affirmé la Première ministre. La cheffe du gouvernement a également confirmé la reconduite du programme « Logement d'abord » en faveur des personnes sans-abris, dont les modalités sont encore en discussion. Ce dispositif lancé en 2017, assorti d'une enveloppe de 44 millions d'euros, a permis à quelque 400 000 personnes sans domicile fixe d'accéder au logement, a précisé la Première ministre. Outre l'hébergement d'urgence, qui est « un droit », la Première ministre a souligné le besoin de « fluidifier des parcours pour trouver des solutions pérennes plus stables » et souhaité « développer des places en pensions familiales, en résidence sociales, en intermédiations locatives, pour qu'on tienne bien cette promesse du Logement d'abord ». Le gouvernement a renoncé dans le budget 2023 à supprimer des places en hébergement d'urgence pour les personnes sans domicile, comme il le prévoyait jusqu'ici, après les protestations de maires de grandes villes et d'associations d'aide aux personnes mal-logées. L'exécutif a indiqué qu’entre 197 000 et 198 000 places seront ouvertes en 2023. Les associations de lutte contre la précarité ont exprimé (21 décembre) leurs craintes d'une « année noire » pour les personnes sans-abris et mal logées, compte tenu des records de demandes non pourvues au 115, ou de la hausse des charges locatives en raison de la crise énergétique.