Emploi et trans

6 Juillet 2021
707 lectures
Notez l'article : 
0
 

Une nouvelle loi votée jeudi 24 juin en Argentine constitue une réelle avancée des droits pour les personnes transgenres. Le nouveau texte oblige les administrations (centrales ou locales) et les entreprises publiques à recruter au moins 1 % de personnes transgenres ; des postes doivent leur être réservés. « Jeudi 24 juin, le Sénat argentin a adopté à une écrasante majorité (cinquante-cinq votes pour, un vote contre et six abstentions) la loi Diana Sacayan-Lohana Berkins, du nom de deux militantes tuées pour leur engagement en faveur des droits des personnes trans », explique Le Monde (29 juin). « La possibilité est offerte aux personnes trans de s’inscrire sur un registre, si elles souhaitent rejoindre le secteur public. Le texte prévoit également des incitations pour que les entreprises privées leur donnent, elles aussi, leur chance : les grandes sociétés peuvent ainsi bénéficier d’allégements de cotisations patronales ou d’un accès prioritaire aux marchés publics pour une durée d’un an, et les petites et moyennes entreprises pendant deux ans », détaille Le Monde. En Argentine, 95 % des transgenres n'ont pas d'emploi formel et près de 70 % des femmes transgenres n'accèdent même pas à un entretien d'embauche. C’est ce qu’entend pallier la nouvelle loi. En Argentine, la loi accorde depuis 2012 aux personnes trans le droit de modifier leur nom et leur genre à l’état civil et de changer de sexe grâce à des interventions chirurgicales. Selon les chiffres de l'état civil, 9 000 personnes ont fait une demande formelle de changement d'identité de genre en Argentine.