En finir avec le VIH : espoir ou fantasme ?

6 Mars 2012
9 383 lectures
Notez l'article : 
0
 
Chat_th__matique.jpg

Objectif guérison ? Dès l’arrivée des trithérapies en 1996, le scientifique américain David Ho assurait qu’il serait possible d’éliminer le virus de nos organismes en 3 ou 4 ans. On a vite déchanté. 15 ans plus tard, après beaucoup de progrès dans notre connaissance des modes d’action du VIH, une alliance scientifique internationale est créée pour trouver un traitement permettant de guérir ! On a parlé de son lancement par le prix Nobel de médecine Françoise Barré-Sinoussi et des études en cours. La machine est bel et bien lancée. Les résultats les plus spectaculaires concernent la thérapie génique, en septembre 2011. Alors même que beaucoup de chercheurs la considéraient encore, au début de l’année dernière, comme purement "science-fictionnesque". La réalité dépassera-t-elle la fiction ? Y croyez-vous ? Comment percevez-vous ces recherches ? Vous sentez-vous proche de cette préoccupation ? Seriez-vous prêts à participer aux essais cliniques ? On en discute ce soir, à partir de 21 heures, sur le chat, dans le salon thématique, en présence de Vichenzo et de Sophie.

 

 

Commentaires

Portrait de maestro

Alexia?
Portrait de joseph

bonjour a tous j'ai lu les dernières avancées de la thérapie génique, je suis intéresse mais je ne comprends pas comment on pourrait connaître les gènes CCR5 ou CXCR4.. qui pourrait me dire qui faudrait voir comme spécialistes car pour ma part mon médecin n'ait pas au courant de ce qui se passe sur ce site et de ces avancées...
Portrait de romainparis

que la solution se trouve dans la thérapie génique, dans les chromosomes qui ont été identifiés chez les "contrôleurs" - la plus importante découverte médicale sur le VIH d'après moi -, et confirmée par l'histoire de "l'homme de Berlin". J'accepterai de participer aux essais sans hésiter, je ne vois pas ce que je risque de plus.
Portrait de hugox

Evidemment qu'on en finira avec le VIH. La question est quand?
Portrait de romainparis

mais après tout je suis un polémiste, n'en déplaise à ceux/celles qui attribuent une connotation péjorative à ce mot et qui pensent qu'un débat ne se construit que sur l'accord des pensées ; ce que moi je nomme une négociation. Je ne vais pas demander quand, je vais plutôt me questionner sur le comment ? Comment allons-nous empêcher les industries, en autres, d'enterrer toutes recherches crédibles qui nuiraient à leur intérêt financier ? Je ne suis pas là à dénoncer les lobbys pharmaceutiques qui défendent leur fond de commerce, je me demande comment nous allons pouvoir les contourner ? Je pense qu'il va falloir vendre LA solution, le jour où elle sera avérée, comme plus rentable que celles proposées jusqu'à aujourd'hui. Pétant comme je suis - si je le suis - j'ai la prétention de me poser la bonne question dans la société où l'on vit et non pas celle que l'on espère.
Portrait de hilou

Je ne suis pas médecin ni scientifique. Je connais néanmoins un médecin, qui m'a dit que même si le traitement était trouvé demain, il fautdrait une dizaine d'années pour que la molécule soit homologuée par les autoritaires européennes et française...
Portrait de hugox

Ce n'est pas une polémique mais une évidence. Bien sûr que la clé FRIC est la seule qui prévaut. Ceux qui croient que les chercheurs sont libres d'annoncer ce qu'ils veulent se trompent.
Portrait de romainparis

ce qu'ils veulent, là c'est une question de conscience personnelle. Ils nous ont bien annoncé la découverte de ce fameux chromosome (enfin, il me semble que cela en est un, à vérifier) qu'ont les "contrôleurs". Maintenant, il faudrait que cette découverte se concrétise dans une possibilité réelle de traitement et je pense que c'est là où cela se complique, car c'est là où intervient la rentabilité. Pour comprendre le monde dans lequel nous vivons, il faut comprendre ce qu'implique cette phrase : si un génocide est rentable, génocide il y aura. Pourquoi ? Parce que l'argent n'est pas une valeur humaine ! Alors, beau jeu de lui opposer n'importe quelle idéologie, il n'écoute que lui. C'est pourquoi je pense que la meilleure façon de le combattre est de s'adapter à lui pour le noyauter de l'intérieur.
Portrait de vichenzo

N'oubliez pas, si vous souhaitez proposer des sujets pour les prochains chats thématiques, c'est dans ce forum qu'il faut soumettre vos idées.

En finir avec le VIH, espoir ou fantasme, la question est posée.

Pour de nombreux seronautes présents lors du chat, la balance penche plus du côté de l’espoir, que du fantasme. En effet, les avancées thérapeutiques, les nouvelles pistes en matière de vaccins (préventif et thérapeutique), et la thérapie génique, nous font entrevoir un espoir et nous permettent de nous projeter un peu plus sereinement vers l’avenir.

Nous avons discuté de la thérapie génique, cette technique qui permet de supprimer les gènes codant pour les co-récepteurs CCR5, les portes d’entrée du VIH dans les cellules. Certaines personnes (0,3% de la population générale) possèdent une mutation génétique rare, qui conduit à l’absence de co-récepteurs CCR5 sur la cellule. Cependant ces dernières peuvent quand même se faire infecter par certains virus VIH, qui utilisent les co-récepteurs CXCR4 pour atteindre les CD4. Un séronaute a évoqué le patient de Berlin, dont le donneur de donneur de moelle ne possédait pas les co-récepteurs CCR5 et qui a guérit du VIH.

Nous avons fait un point sur les vaccins en cours d’étude. Il existe deux sortes de vaccins. Le vaccin thérapeutique qui s’adresse aux personnes séropositives, et le vaccin préventif, qui lui s’adresse aux personnes séronégatives. Un essai de vaccination thérapeutique démarre en France. L’objectif est de s’assurer de la tolérance et de l’innocuité du vaccin et aussi de sélectionner la dose optimale pour des études ultérieures. Une autre étude menée par des chercheurs flamands consiste à extraire des globules blancs, à les “entrainer” à reconnaitre et combattre le VIH, puis à les réinjecter dans le corps du patient. Pour le vaccin préventif une étude a été menée en Thaïlande en 2009. Elle a démontré que le vaccin protégeait environ 30% des personnes, mais pas pour toute la vie. Un autre vaccin préventif développé au Canada est testé depuis janvier 2012 sur des êtres humains.

Le traitement comme prévention pour les personnes séronégatives (Prep) ne faisait pas l’unanimité parmi les séronautes présents. En effet, certains ne comprenaient pas bien que l’on puisse donner des ARV à des personnes séronégatives qui prennent des risques, au lieu de mettre de l’argent dans la recherche pour de nouveaux traitements pour les séropositifs. Nous avons rappelé que cette étude menée par l’ANRS n’avait pas pour but de donner des ARV à toutes les personnes séronégatives (mais à celles qui en feront le choix). De plus, l’idée de cet essai est d’éviter au maximum la circulation du virus et de faire baisser la charge virale communautaire.

Un séronaute nous a expliqué un essai clinique auquel il participe depuis juillet 2010. Vous pouvez retrouver son parcours sur son blog.

Certains laboratoires refusent encore aujourd’hui de céder leurs brevets et licences, pour permettre la fabrication de génériques en Inde, qui serviraient à alimenter en antirétroviraux les pays du Sud et ainsi à améliorer l’accès universel aux traitements. Ceci a soulevé l’indignation des seronautes.

Il a souvent été question (à travers tous les sujets évoqués précédemment) de la puissance du lobby des labos qui empêcherait la mise sur le marché des nouveautés thérapeutiques, au motif que si l’on guérit du VIH, ils perdraient de grosses sommes d’argent. Personnellement, je pense qu’avec toutes les autres maladies chroniques (ou pas) qui existent, ils se rattraperaient bien assez vite ailleurs.

Pour finir voici le questionnement d’une seronaute, qui m’a interpelé lors du chat :

“J’ai juste de la peine à me voir, aujourd’hui, autre que séropositive. J’aurai vraiment peur de devenir séronagative. Je me pose une question, qu’est ce qu’elle deviendra ma vie sans ma maladie ? Comment pourrais-je vivre sans être séro ? C’est dur à s’imaginer...”

Et vous y avez-vous déjà réfléchi ?

Portrait de hugox

je viens de lire le résumé. A la fin, je trouve le questionnement de la seronaute particulièrement dingue. J'avais lu un article il y a quelques années d'un psychiatre qui expliquait comment certains patients trouvaient un équilibre dans leur maladie et que justement ils ne voudraient jamais en sortir...etc...Perso je trouve ça dingue.
Portrait de libellule33

libellule33 Sincèrement si demain je ne devais plus avoir le virus çà serait pour moi un grand soulagement et pour rebondir sur les dires de la seronaute : je vivrais vraiment mieux car je me sens prisonnière malgré moi voir prise en otage des maladies... Mon voeu le plus chèr : nous débarasser tous du ou des virus pour enfin vivre serein.
Portrait de yanos

On a jamais été aussi près de voir la fin, demain plus qu'aujourd'hui. C'est ce qu'il faut se dire, et j'en suis convaincu. Dites vous aussi que les "malheureux" des années 80 et début 90 qui nous ont quitté auraient tous signé des deux mains pour avoir les traitements qu'on a aujourd'hui avec un confort certain. De plus est, la solution viendra peut etre du vaccin canadien à l'essai actuellement, ou même le Draco qui nous promets tant. On verra, mais j'en suis sur, la fin du tunnel approche.
Portrait de lucas77

C'était sympa d'échanger sur ce sujet, nous avons pu remarquer les différentes visions sur l évolution d'une guérison... En général une grande majoritée avait espoir de guérison, qu'un traitement allait voir le jour.
Portrait de hilou

Je me pose la question suivante: si vaccin il y a, et je le souhaite ardemment pour toutes les personnes qui pourraient être contaminées, est-ce que la recherche ne risque pas de diminuer concernant la guérison pour les personnes déjàs contaminées?
Portrait de Coeursauvage

Selon le professeur qui m'a reçu au chu d'Amiens, le patient de Berlin n'irait pas bien. La tentative serait (je dis bien "serait") un échec. De toute manière, une greffe de moelle resterait utopique et inapplicable face au nombre de porteurs concernés. Quand a l'espoir d'être un jour complètement débarrassé du virus, je signe aussitôt. Le VIH n'est pas un compagnon amical, c'est le Mal qui n'attend qu'une faiblesse de votre part pour vous consumer. Je ne pactise pas avec le Diable. Je le combats de toutes mes forces.
Portrait de maxbxl29

bonsoir coeursauvage, après avoir lu ton commentaire, je ne peux que réagir.(je me permets de te tutoyer) En effet, en constatant ton profil, je vois que tu es récemment diagnostiqué. La déception t'a surement envahi. Je suis moi meme diagnostiqué il y 'a peu. Ce n'est plus une sentence de mort. un médicament ou deux par jour et tu continueras. En plus tu as déjà pas mal de vécu, ce n'est pas demain qu'il faut tout voir en noir. Il y a bien plus grave. Ayant un maman de ton âge, je peux comprendre ta réaction, mais tu as bien de la chance de ne rien avoir eu il y'a 20- ou 30 ans! Ne pense pas à un quelconque vaccin, et tu iras bien mieux. On meurt tous, alors profite. Le hiv nous donne l'occasion t'attacher importance aux choses essentielles de la vie. courage
Portrait de tranny94

je suis tout a fait d'accord avec toi , YANOS : la fin du tunnel approche . Le tout est de vouloir aussi s'en sortir , c'est ce qui maintient en bonne santé et en forme , pas que les médicaments , mais l'esprit est aussi un puissant moyen de guérison . pour en revenir aux labos faiseurs de fric, je ne crois pas bcp a cette théorie . Il feront surement + d'argent avec un vaccin préventif destiné a des milliards d'êtres humains , et avec un traitement de guérison qui coutera ...combien ???