Endométriose : une stratégie nationale

20 Janvier 2022
394 lectures
Notez l'article : 
0
 

L’endométriose est une maladie inflammatoire et chronique qui touche plus de deux millions de femmes françaises et qui est la première cause d’infertilité des femmes en France. Les symptômes les plus courants sont d’avoir des règles abondantes et de violentes douleurs au dos ou au ventre. Pourtant, jusqu’à maintenant, il n’existe aucun traitement curatif pour ce fléau qui touche de 5 à 20% des femmes en France. Celles qui souffrent de cette maladie voient ainsi leur qualité de vie affectée à tous les niveaux, dans leur cadre de travail, dans leur vie personnelle et dans leur vie intime. Emmanuel Macron a annoncé mardi 11 janvier sur une vidéo postée sur les réseaux sociaux, qu’une stratégie de lutte nationale contre l’endométriose en France allait être lancée. Le Président y-explique qu’il compte faire de la reconnaissance et de la prise en charge de cette maladie une priorité nationale. Le sujet a d’ailleurs fait l’objet d’un rapport confié, au printemps 2021, à Chrysoula Zacharopoulou, députée européenne et docteur en gynécologie. La première priorité de la stratégie nationale contre l’endométriose sera le développement de la recherche afin de mieux comprendre la maladie, ses causes et ses conséquences. La deuxième priorité sera de permettre aux femmes atteintes d’endométriose de bénéficier rapidement de diagnostics fiables suivis d’une prise en charge de qualité. La troisième urgence est de permettre que le grand public intègre une plus grande connaissance vis-à-vis du sujet grâce à l’implication des associations et des patientes expertes. «  Dès demain, avec le plan national que je piloterai, nous agirons pour informer, former, pour faire évoluer nos connaissances et nos traitements, pour que ces millions de femmes ne souffrent plus en silence, dans l’errance du diagnostic et puissent vivre leur maladie au quotidien en étant accompagné. » a déclaré Olivier Véran, ministre des Solidarités et de la Santé. Afin de mettre en œuvre ces propositions, il réunira le 14 février prochain un comité de pilotage interministériel réunissant les ministères concernés pour définir un plan d’actions concrètes. Les associations de personnes atteintes d’endométriose s’allieront afin de porter la stratégie au plus près des malades et des professionnels-les concernés-es.