Enfants infectés à la naissance : des chiffres en baisse dans certains pays

22 Juillet 2013
1 042 lectures
Notez l'article : 
0
 

Sept pays d'Afrique subsaharienne (Botswana, Ethiopie, Ghana, Malawi, Namibie, Afrique du Sud et Zambie), zone la plus touchée par le VIH/sida, ont enregistré une baisse de 50 % du taux d'infection à la naissance, se félicite l’Onusida dans un rapport publié le 25 juin 2013. Pour les 21 pays africains jugés prioritaires, 130 000 nouveaux nés ont été épargnés par le VIH en 2012, ce qui représente une baisse de 38 % depuis 2009. Cette baisse est due en grande partie aux traitements anti-VIH administrés plus largement aux femmes enceintes séropositives. "Les progrès réalisés dans une majorité des pays montrent clairement qu'avec des efforts ciblés, chaque enfant peut naître sans le HIV", souligne Michel Sidibé, directeur exécutif d’Onusida. "Mais les progrès ont stagné dans certains pays qui présentent un grand nombre de nouvelles infections. Nous devons trouver pourquoi et surmonter les obstacles qui empêchent l'amélioration", ajoute-t-il. Parmi les sources d'inquiétude figurent des pays comme l'Angola et le Nigeria, où les nouvelles infections ont respectivement progressé et stagné depuis 2009. Avec près de 60 000 nouvelles infections en 2012, le Nigeria présente le plus grand nombre d'enfants atteints à la naissance.