Enquête 2019 sur les discriminations

17 Septembre 2019
403 lectures
Notez l'article : 
0
 

Il y a quelques mois l’enquête 2019 sur les discriminations vécues par les personnes vivant avec le VIH, réalisée par Sida Info Service, a été lancée. Cette enquête restera en ligne jusqu’à la fin septembre. Si vous n’avez pas encore participé et si vous êtes intéressé-e, voici quelques explications concernant cette initiative. « La discrimination sociale est un processus lié au fait d'opérer une distinction concernant une personne ou une catégorie sociale en créant des frontières dites « discriminantes », c'est-à-dire produisant un rejet visant à l'exclusion sociale sur des critères tels que l'origine sociale ou ethnique, la religion, le genre, le niveau de son intelligence, l'état de santé, etc. » C’est ce domaine qu’aborde cette enquête. En 2002, Sida Info Service, réalisait sa première enquête sur les discriminations à l’encontre des personnes vivant avec le VIH. À l’époque, près de deux appelants-es sur trois de la ligne indiquaient avoir été stigmatisés-es ou s’être sentis-es victimes de stigmatisation, discrimination ou exclusion dans leur vie privée et/ou sociale du fait de leur séropositivité. Les personnes ayant répondu par la négative précisaient ne pas avoir divulgué leur séropositivité afin de se protéger de toute exclusion. Quatre autres enquêtes ont suivi en 2003, 2005, 2009 et 2012. Celle de 2012 montrait qu’encore quatre personnes sur dix déclaraient avoir vécu une situation discriminante au cours des douze derniers mois et cela dans plus de deux domaines distincts, mais particulièrement celui de la santé. En juin 2018, c’est un sondage de l’Ipsos qui « concluait que plus de quatre séropositifs-ves sur dix dissimulaient encore à leur entourage leur statut ou leur vécu avec le virus. « Ces constats alarmants prouvent qu’il est toujours urgent de lutter contre la sérophobie et les attitudes de rejet qu’elle entraine, estime Sida Info Service d’où le lancement de cette sixième enquête. « Nous souhaitons renouveler et approfondir notre enquête en recueillant vos témoignages. Les résultats seront publiés sur notre site internet et relayés sur les réseaux sociaux », indique l’association.