Entrée des séropositifs : la Russie condamnée

25 Mars 2016
2 841 lectures
Notez l'article : 
0
 

La Russie commet une discrimination en refusant l'entrée et le séjour à des étrangers vivant avec le VIH sur le seul fondement de leur état de santé, a estimé, mardi 15 mars, la Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH). Les juges de la CEDH ont considéré à l'unanimité que Moscou avait violé l'article 14 de la Convention européenne des droits de l'Homme, qui interdit les discriminations, en refusant un permis de séjour à des ressortissants moldaves, ukrainiens, ouzbeks et kazakhs en raison de leur seul état de santé. Les cinq personnes, qui avaient saisi la Cour, s'étaient vu refuser un permis de séjour en Russie alors qu'elles étaient mariées ou en couple stable avec des ressortissants russes ou, pour l'une d'entre elles, qu'elle avait rejoint son fils dans le pays, indique l’AFP. La Cour a condamné Moscou à verser 15 000 euros à chacun des requérants au titre du dommage moral subi. Dans son jugement, la Cour rappelle que les personnes vivant avec le VIH constituent un groupe de personnes particulièrement vulnérables, la CEDH souligne que "la législation qui tend à empêcher la transmission du VIH, qui a été utilisée pour exclure les demandeurs du droit d'entrée ou de séjour, a été fondée sur l'affirmation injustifiée qu'ils se livreraient à des comportements à risques, sans donner lieu à un examen équilibré de chaque cas". La CEDH note, en outre, que "la Russie est le seul Etat membre du Conseil de l'Europe et un des 16 Etats dans le monde à expulser les étrangers séropositifs de son territoire", alors que règne un "large consensus européen et international" pour abolir ce type de discriminations à l'encontre des séropositifs. Les juges soulignent toutefois dans leur arrêt qu'une loi sur ce thème est en préparation en Russie et a déjà été soumise au Parlement.