Essai : Atripla trois fois par semaine

23 Novembre 2018
1 470 lectures
Notez l'article : 
0
 

Les molécules ayant des demi-vies longues et des barrières génétiques importantes permettent, en matière de stratégies thérapeutiques, de limiter la quantité de molécules prises, le nombre de comprimés consommés, rappelle le docteur Olivier Robineau, dans un article sur une nouvelle stratégie d’allègement, publié le 13 novembre dernier sur le site Info VIH. Une équipe de chercheurs-euses a évalué dans un essai « la réduction du nombre de prises de l’association efavirenz/emtricitabine/tenofovir disoproxil fumarate [Atripla, ndlr] à trois fois par semaine chez des patients déjà sous ce traitement en prise continue et ayant une charge virale indétectable depuis au moins deux ans, ayant des CD4 supérieurs à 350/mmet dont les virus ne présentaient pas de résistance connue aux molécules de cette association ». L’essai comportait deux groupes : un groupe maintenant un traitement continu et un groupe dont les participants ne prenaient leur traitement que trois fois par semaine (lundi, mercredi et vendredi). « Le critère principal d’évaluation était le nombre d’échecs thérapeutiques définis comme l’apparition d’une charge virale détectable pendant la période des 34 semaines de l’étude », explique Olivier Robineau. Les auteurs-es ont également étudié les éventuelles modifications concernant plusieurs indicateurs : atteintes du rein, des os et immunologiques. Les résultats ont porté sur 61 personnes réparties pour moitié dans le groupe avec le traitement continu et pour moitié dans le groupe avec trois prises hebdomadaires d’Atripla. Le nombre d’échec à 24 semaines était similaire dans les deux groupes : aucun patient n’a présenté une charge virale détectable. Comme attendu par les investigateurs-trices, les « résultats de la densité osseuse, la qualité du sommeil, le cholestérol total et certains paramètres rénaux se sont légèrement mais significativement améliorés dans le [groupe] où le traitement était pris trois jours par semaine », indique l’article de Info VIH. « L’effet sur le réservoir ADN [viral, ndlr] de cette diminution reste à explorer.

Source : A maintenance 3-day-per-week schedule with the single tablet regimen efavirenz/emtricitabine/tenofovir disoproxil fumarate is effective and decreases sub-clinical toxicity. Rojas J, et al.