"Essais thérapeutiques : exigeons la transparence !"

20 Janvier 2016
1 156 lectures
Notez l'article : 
0
 

A la suite du décès d’un participant à un essai thérapeutique à Rennes et de l’hospitalisation de plusieurs autres, des enquêtes administratives et judiciaires ont été diligentées. De son côté, la députée européenne Michèle Rivasi a interpellé la ministre de la Santé, sur le mode : "Essais thérapeutiques : exigeons la transparence !". "Au delà, la mise en exergue de la responsabilité pénale pour blessures ou homicide involontaire du laboratoire ayant effectué l'essai clinique, c'est toute la question de la réglementation des essais cliniques qui est à revoir", explique la députée écologiste. Dans son communiqué, la députée attaque sur plusieurs fronts : les conditions de réalisation des essais cliniques par les laboratoires pharmaceutiques qui délocalisent leur réalisation en Inde et en Afrique pour en réduire les coûts, le manque de transparence qui entoure la tenue des essais cliniques même en Europe. Mis en cause aussi, le "secret" qui existerait sur l’essai conduit à Rennes. "Il est intolérable que nous ne puissions avoir un accès direct à l'essai incriminé sur le site de l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM). La transparence est la condition sine qua non de la confiance", explique Michèle Rivasi. La députée européenne explique dans son communiqué que le Parlement européen a "voté en avril 2014 un règlement qui pourrait entrer en vigueur en mai 2016 pour permettre un meilleur accès aux rapports d'études cliniques en publiant toutes les données même celles qui pourraient gêner les laboratoires pharmaceutiques". Reste que l'Agence européenne du médicament (EMA) serait hostile à ce règlement qu’elle tenterait de "détricoter" le texte en arguant qu'il serait possible de restreindre l'accès aux rapports d'étude clinique pour des raisons de "confidentialité commerciale".