Etats-Unis : reproduction, sexualité, prévention, des femmes très peu informées

7 Février 2014
3 146 lectures
Notez l'article : 
0
 

Environ la moitié des femmes en âge de procréer aux Etats-Unis n'ont jamais parlé de reproduction avec un médecin et 30 % d'entre-elles ne se sont jamais rendues chez un gynécologue ou y vont moins d'une fois par an, selon un sondage publié lundi 27 janvier 2013. Ces résultats ressortent d'une enquête anonyme conduite en ligne en mars 2013 auprès de 1 000 femmes âgées de 18 à 40 ans, issues de tous les groupes ethniques et de toutes les régions américaines. Les questions visaient à évaluer le savoir, les attitudes, les croyances et les pratiques quant à la conception, la grossesse et les concepts de base en matière de santé reproductive, précise le docteur Jessica Illuzzi de la faculté de médecine de l'Université de Yale, dans le nord-est des Etats-Unis, indique l’AFP. L'enquête montre que 40 % des femmes interrogées s'inquiétaient de leur capacité à concevoir un enfant et que 50 % ignoraient que des compléments de vitamines B9 sont recommandés pour prévenir le risque de défaut de naissance. Le sondage indique aussi que 25 % de ces femmes n'étaient pas conscientes des conséquences néfastes des infections vénériennes, de l'obésité, du tabagisme ou de l'irrégularité des règles pour la fertilité. Jessica Illuzzi relève aussi que ce sondage met en lumière des idées fausses pour optimiser la conception. Ainsi 50 % des femmes croyaient que le fait d'avoir des relations sexuelles plus d'une fois par jour augmentait les chances de tomber enceinte, tandis que plus d'un tiers pensait que certaines positions lors des rapports sexuels accroissaient la probabilité de concevoir. Seuls 10 % des participantes à l'enquête savaient qu'il fallait avoir des relations sexuelles avant l'ovulation plutôt qu'après pour optimiser la conception.