Europe : les gays craignent de s’afficher

24 Mai 2013
667 lectures
Notez l'article : 
0
 

Près des deux tiers des LGBT vivant dans l’Union Européenne n'osent pas tenir la main de leur partenaire en public. L'Agence des droits fondamentaux de l'UE (FRA) l'affirme dans une étude publiée vendredi 17 mai pour la Journée mondiale contre l'homophobie. Près de 93 000 personnes ont pris part à une enquête en ligne réalisée par la FRA dans les Etats de l'UE, ainsi qu'en Croatie qui doit intégrer l'UE en juillet prochain. Il en ressort que deux personnes sur trois ayant répondu à l'enquête ont peur de s'afficher en public. Parmi les gays, ils sont près des 3/4 à avoir peur. Près de 30 % des 93 000 participants ont été victimes de violences ou d'agressions ces cinq dernières années. Parmi eux, 30 % des 7 000 trans ont dit avoir été agressés physiquement ou menacés de violences plus de trois fois durant les douze derniers mois. Même dans des pays généralement tolérants envers la communauté LGBT, certains se sentent victimes de discriminations et sont régulièrement agressés verbalement. "Il s'agit surtout d'agressions verbales, de la part de jeunes", explique un gay habitant en Belgique cité dans le rapport. Aux Pays-Bas, premier pays au monde à avoir légalisé le mariage entre personnes de même sexe, en 2001, près de 20 % des participants à l'enquête ont assuré avoir été l'objet de discriminations. Cela dans l'accès à des services comme les soins, la recherche d'un appartement, les sorties, les clubs de sport et à la banque. La France se situe très légèrement sous la moyenne européenne (31 %). Souvent, les discriminations commencent dès l'école, souligne la FRA. Deux personnes sur trois y ont caché leur orientation sexuelle et ont été la cible de commentaires ou de comportements négatifs. L'isolement et la discrimination sont des phénomènes courants dans la communauté LGBT en Europe, assure le directeur de la FRA Morten Kjaerum. Il souligne qu'il est temps de promouvoir et de protéger ses droits fondamentaux.
 

Commentaires

Portrait de frabro

L'acquisition des droits jusqu'à l'égalité homo/hétéros est une chose, l'évolution des mentalités en est une autre. Le débat sur le mariage en France à démontré que l'homophobie latente n'attendait qu'un prétexte pour resurgir en force, tout en servant de prétexte (j'ai failli écrire cache sexe...) à ce que notre société cache de plus réactionnaire.

J'ai fait mon coming out il y a maintenant près de trente ans, et dans tous les compartiments de ma vie : famille, amis, vie professionnelle et sociale. Je n'ai presque jamais eu à subir à mon égard de comportement ouvertement homophobe, même si je sais que certains confondent acceptation et tolérance. Pour autant, je me suis toujours interdit en public comme en famille les gestes qui semblent naturels entre personnes qui s'aiment si elles sont hétéros. sans doute qu'il reste en moi une extrême prudence quand à ce que certains pourraient prendre pour de la provocation.

Comment oublier, même aujourd'hui et malgré l'égalité des droits acquise, qu'avant 1981 j'était un délinquant ? On n'efface pas des années de méfiance par le vote d'une loi et un tour de passe passe. Il faudra sans doute que passe une nouvelle génération pour que le naturel revienne dans le comportement des gays, et que la peur de l'homophobie disparaisse.