Évra à l’amende pour injure

18 Février 2023
3 632 lectures
Notez l'article : 
0
 

Condamné. Le footballeur Patrice Évra, ancien capitaine de l'équipe de France de foot, s'est vu infliger 1 000 euros d'amende jeudi 9 février pour injure homophobe par le tribunal de police de Paris, pour des propos visant le PSG datant de 2019. L'ex-footballeur de 41 ans a, en outre, été condamné à payer 1 500 euros de dommages et intérêts aux deux associations parties civiles, Mousse et Stop Homophobie, ainsi que 1 000 euros à chacune au titre des frais d'avocats-es. Dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux en mars 2019 après une victoire de Manchester United contre le Paris SG en Ligue des champions, l'ancien défenseur et capitaine du club mancunien lançait notamment : « Paris, vous êtes des pédés, vous êtes des pédés… Ici, c'est les hommes qui parlent. » Mousse et Stop Homophobie, soutenues par le collectif anti-homophobie Rouge Direct, avaient alors déposé plainte pour « injure publique envers un groupe de personnes à raison de leur orientation sexuelle ». Le juge d'instruction avait requalifié les faits en « injure non publique » et renvoyé l'affaire devant le tribunal de police, estimant que l'ex-footballeur s'était « exprimé dans un cadre privé pour la réalisation d'une vidéo qui a ensuite été publiée sur Snapchat à son insu ». Jeudi, l'avocat de Patrice Évra n'a pas souhaité réagir dans l'immédiat avant d'avoir pu joindre son client, qui réside actuellement à Dubaï, précise l’AFP. Dans un communiqué, Me Étienne Deshoulières, avocat des associations, a déclaré que « les propos homophobes d'une personnalité comme Patrice Évra alimentent la haine et les violences contre les personnes LGBT, en particulier dans les pays où l'homosexualité est pénalement réprimée, comme au Sénégal, pays dont Patrice Évra est originaire ». Lors du procès le 15 décembre dernier, la procureure avait requis une amende de 1 500 euros, dont 300 euros avec sursis, estimant qu'il était de la « responsabilité » de Patrice Évra en tant que « personnalité médiatique » de « tenir un discours citoyen et respectueux de tous ». L’avocat de Patrice Évra, maître Jérôme Boursican, avait plaidé qu'il n'avait pas « voulu porter atteinte à la communauté homosexuelle ». « Ce qu'il vise, c'est le PSG », avait-il assuré, rappelant que l'ex-sportif avait publié une vidéo d'excuses le lendemain de sa diffusion.