Existrans, samedi 18 octobre à Paris

17 Octobre 2014
2 155 lectures
Notez l'article : 
0
 

La dix-huitième édition de l’Existrans (la marche des personnes trans & intersexes et des personnes qui les soutiennent) aura lieu cette année le samedi 18 octobre, avec un cortège qui partira de Stalingrad à 14 heures. "Nous y ferons entendre nos voix pour défendre les revendications portées par le collectif Existrans et de très nombreuses organisations trans, intersexes et solidaires, afin de faire reculer les multiples discriminations et violences transphobes et la précarité sociale qui frappent les personnes trans et Intersexes", expliquent les organisations qui appellent à la manifestation (1). "Au lieu de prendre enfin en compte l’urgence de la situation, au lieu de prendre rapidement les mesures promises, le gouvernement et les parlementaires de sa majorité continuent de s’enfoncer dans un immobilisme irresponsable", expliquent-elles. "Depuis un an rien n’a changé, et nous le répétons : le gouvernement doit tenir ses engagements et déposer sans délai un projet de loi qui nous permette de disposer librement de nos identités, de nos corps et de nos vies sans subir en permanence les violences médicales, psychiatriques, administratives, judiciaires et sociales, qui nous  blessent, nous précarisent et nous mettent tout simplement en danger !" Les organisations demandent notamment : "Le changement d’état-civil libre et gratuit devant un officier d’état-civil, sans condition médicale (ni stérilisation ni suivi psychiatrique), sans homologation par un juge ; Le libre choix des parcours médicaux, sur la base du consentement éclairé, avec le maintien des remboursements en France et à l’étrange ; Le démantèlement des équipes et protocoles hospitaliers et la formation des médecins et chirurgiens  français pour un suivi médical de qualité, respectueux et dépsychiatrisé ; La formation et la sensibilisation des personnels en contact avec les personnes trans et Intersexes (santé, éducation, social, administratif, justice, prisons, etc.), en lien avec les associations trans et Intersexes ; La mise en place de mesures pour favoriser l’accès au monde du travail et aux études et pour protéger les salarié-e-s trans et Intersexes ; Le financement de campagnes de sensibilisation, en collaboration avec les associations trans et Intersexes, pour lutter contre la transphobie et pour la visibilité des Intersexes ; Le financement de la recherche et de la communication sur la santé des personnes trans et Intersexes et de leurs partenaires (VIH/sida, hépatites, IST, effets des traitements à long terme, interactions médicamenteuses, etc.), etc.