Expo Tom de Pékin

6 Mars 2021
293 lectures
Notez l'article : 
5
 

« Où vont les fleurs du temps qui passe ? » Avec ce titre emprunté à une chanson de Marlène Dietrich, Tom de Pékin revient sur 20 ans de création débridée et présente sa première exposition d’envergure dans une galerie parisienne. Déployé sur les quatre niveaux de l’Arts Factory, cet ensemble inédit de peintures et dessins récents est ponctué de documents d’archives. Sources d’inspirations de son travail, ils témoignent également de son engagement militant pour la cause LGBTQI+ et aussi la lutte contre le sida. L’acte de naissance officiel de Tom de Pékin - sans accent, l’artiste y tient - est la parution de l’ouvrage « Rêve au Cul » publié en 2000 aux éditions CBO. Ce petit opuscule sérigraphié détourne en mode porno-gay les grands principes de la propagande maoïste. D’autres publications dans la même veine érotico-ludique suivront, citons notamment « Tom de Savoie » (2001) - hommage aux spécialités culinaires de sa région natale - ou le très prisé « Des Godes et des couleurs » (2001). La publication en 2011 du livre "Haldernablou" chez United Dead Artists dévoile une facette plus sombre de sa production. Particulièrement remarqué, ce recueil de dessins illustrant une pièce de jeunesse d'Alfred Jarry ouvre de nouvelles perspectives pour Tom de Pékin, qui délaisse peu à peu photoshop pour la mine de plomb et la gouache, explique la galerie Au fil des séries, le noir et blanc s’estompe peu à peu et laisse place à une flamboyante palette de couleurs que l’on retrouve désormais dans ses dernières œuvres. Évoluant dans des paysages entre chiens et loups, explorant lagunes tropicales ou lacs de montagnes, les personnages de Tom de Pékin veillent sur nous, impassibles sentinelles à la recherche des fleurs du temps qui passe...
Tom de Pékin : « Où vont les fleurs du temps qui passe ? », chez Arts Factory (27 rue de Charonne - 75011 Paris) jusqu’au 27 mars 2021 : lundi, mardi, mercredi, jeudi, vendredi, samedi de 12h30 à 19h30. Entrée gratuite.