Expulsion de malades, ça continue

31 Mars 2009
3 605 lectures
Notez l'article : 
0
 
prison_0.jpg

Act Up-Paris et la Cimade dénoncent dans un communiqué (30 mars 2009) l'expulsion d'un étranger malade du sida. "Monsieur R., ressortissant russe, est au centre de rétention administrative de Rennes-Saint-Jacques-de-la-Lande depuis le 21 mars 2009, sous le coup d'un arrêté préfectoral de reconduite à la frontière pris le 26 février 2009. M. R., sortant de la maison d'arrêt de Tours le 21 mars, a durant son séjour carcéral bénéficié d'examens médicaux mettant en évidence qu'il est atteint de deux pathologies lourdes, dont le VIH (virus d'immunodéficience humaine). La préfecture d'Indre-et-Loire, responsable de son placement en rétention, est parfaitement au courant de son état de santé. M. R. ne peut avoir accès à un traitement approprié dans son pays d'origine et son expulsion le condamne à mort.", dénoncent les associations qui demandent l'abrogation de l'arrêté préfectoral d'expulsion. Pour les deux associations, cette histoire s'inscrit dans un contexte de multiplication des décisions d'éloignement à l'encontre de personnes gravement malades, qui ne peuvent se soigner dans leur pays d'origine. La Cimade et Act up-Paris s'insurgent contre des pratiques qui ne devraient plus avoir cours puisque la loi de 1997 protège les malades étrangers de l'expulsion. La Cimade et Act Up-Paris exigent "le strict respect du droit au séjour pour raisons médicales et l'abandon des quotas d'expulsions incompatibles avec un examen individuel des situations et le respect des droits des personnes."
Plus d'infos sur http://www.cimade.org/