Femmes et retraites : un meeting à Paris

14 Décembre 2019
315 lectures
Notez l'article : 
0
 

Un des éléments prévus par la future réforme des retraites est la suppression de la pension de réversion pour 84 000 femmes, explique un collectif féministe. « En effet, en décalant l'âge de droit à la pension de réversion de 55 à 62 ans et en la supprimant pour les femmes divorcées, le gouvernement va automatiquement faire baisser les revenus de plusieurs dizaines de milliers de femmes », explique ce collectif. Ce dernier organise un meeting lundi 16 décembre à 19h à la Maison des métallos (94 rue Jean-Pierre Timbaud - 75011 Paris). Il se tiendra en présence de plusieurs militantes féministes, responsables syndicales et politiques : Aurélie Trouvé (Attac), Sigrid Gerardin (FSU), Sophie Binet (CGT), Murielle Guibert (Solidaires), Caroline De Haas (#NousToutes), Agathe Le Berder (Collectif Nos Retraites), - Priscillia Ludosky (Gilets Jaunes), Manon Aubry (députée européenne FI), Sandra Regol (EELV), Clémentine Autain (députée FI) ou encore Laurence De Cock (historienne). Le collectif féministe, à l’initiative de cette réunion, estime que la nouvelle réforme serait « contre les droits des femmes »,  ce que conteste le gouvernement. « Les premières victimes de la réforme des retraites portée par Emmanuel Macron seront les femmes. La retraite à point, calculée sur l’ensemble de la carrière et non pas sur les meilleures années pénalise fatalement les femmes dont les carrières sont nettement moins linéaires que celles des hommes », avancent les initiatrices de ce meeting. Et d’ajouter : « Avec ce système soi-disant universel, l’obtention d’une retraite à taux plein devient quasiment inatteignable pour les femmes. Deux effets en découlent : soit les femmes devront partir encore plus tard à la retraite ; soit elles partiront avec des pensions encore plus basses. Dans les deux cas, les femmes seront face à toujours plus de précarité ». Ce sont ces idées qui seront débattues lors de ce meeting.