Fin de vie : nouveau droit en équilibre

17 Juillet 2023
956 lectures
Notez l'article : 
0
 

Équilibrisme. La future loi sur la fin de vie, attendue d’ici la fin de cet été, devra ouvrir « un nouveau droit pour les Français », tout en tenant compte des préoccupations légitimes des professionnels-les de santé, a déclaré, mercredi 28  juin, la ministre déléguée chargée des Professions de santé, Agnès Firmin-Le Bodo. « Lorsque nous parlons d’accéder à une aide active à mourir sous certaines conditions, nous évoquons bien un droit », a déclaré la ministre, en clôture des assises de l’Association pour le droit de mourir dans la dignité (ADMD), organisation favorable à la légalisation de l’euthanasie. La ministre s’est dite « particulièrement attachée à trouver un équilibre entre l’ouverture de ce nouveau droit pour les Français (et les) préoccupations légitimes des professionnels », indique l’AFP. « La profondeur de l’orientation de la société française vers une évolution de la loi visant à élargir les droits des malades sur leur fin de vie s’est confirmée au-delà de la perception du législateur », a-t-elle déclaré. La ministre a toutefois estimé qu’aucun des principaux modèles européens ayant légalisé une aide active à mourir n’était « duplicable, in extenso, dans notre pays, pour des raisons liées aux spécificités de notre système politique, de notre système de santé, de l’antériorité, aussi, des soins palliatifs ». Elle a rappelé « l’urgence » de « réviser le logiciel de la politique des soins palliatifs », un enjeu qui fait consensus.