Fin de vie : une nouvelle loi ?

18 Mars 2018
2 926 lectures
Notez l'article : 
0
 

La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, juge que la loi Claeys-Leonetti de 2016 "répond aux besoins" des personnes malades en fin de vie. C’est ainsi qu’elle a répondu à une récente tribune signée par 146 député-e-s demandant qu’on aille plus loin dans le domaine. "Je suis convaincue que la loi Claeys-Leonetti répond aux besoins sans aller vers une loi différente ; elle répond aux besoins des personnes qui sont en train de mourir et qui souffrent et qui méritent d'être accompagnées", a-t-elle expliqué devant une commission sénatoriale, rappelle L’Express (8 mars). Adoptée en 2016, la loi Claeys-Leonetti ouvre la possibilité d'une "sédation profonde et continue" jusqu'au décès. Des sédatifs (substances anti-douleurs et apaisantes) peuvent être administrés pour permettre à des malades graves en phase terminale, dont la souffrance est insupportable, d'être endormis jusqu'à leur mort. Cette sédation s'accompagne d'un arrêt des traitements, y compris de l'alimentation et de l'hydratation artificielle. Dans leur tribune, les parlementaires épinglaient les limites de la législation actuelle, "perçue comme incomplète et non satisfaisante, voire liberticide et inégalitaire".

Commentaires

Portrait de IMIM

 "Dans leur tribune, les parlementaires épinglaient les limites de la législation actuelle, "perçue comme incomplète et non satisfaisante, voire liberticide et inégalitaire".

 

"Liberticide et inégalitaire"

Merci d'avoir précisé ........