Finlande : procès transmission délibérée du VIH

22 Juin 2009
2 521 lectures
Notez l'article : 
0
 
justice.png

Un Finlandais de 26 ans a été condamné à douze années de prison pour avoir transmis le virus du sida à cinq femmes et pour avoir eu des relations sexuelles non protégées avec quinze autres partenaires, indique le tribunal d'Helsinki (5 juin dernier). Lors du premier jugement, les juges avaient indiqué dans un communiqué de presse que : "Ces agressions scandaleuses, pour lesquelles [il] a été reconnu coupable, sont très nuisibles et dangereuses parce qu'elles ont causé aux victimes une maladie grave incurable. Le jeune homme se savait séropositif depuis 2003. Il a été arrêté en 2007 à la suite de plusieurs plaintes. La cour d'appel de Rovaniemi a alourdi de deux ans la sentence prononcée contre l'homme en première instance. Le tribunal a estimé que les dix années d'emprisonnement, prononcées en première instance, "n'étaient pas suffisantes au vu des dommages causés à la santé des plaignants". La cour a, en outre, insisté sur le fait que l'homme avait délibérément caché sa séropositivité. Il a été condamné à verser un total de 330 000 euros à ses victimes.

Commentaires

Portrait de nathan

La Finlande fait bien partie de l'Europe ? J'ai entendu parler d'une affaire similaire dans le Sud de la France avec un gay qui a à peu près le même âge que ce Finlandais et le nombre de plaignants est comparable. Lui aussi a, semble-t-il, délibérément caché sa séropositivité, aurait même affirmé qu'il était séronégatif et n'était pas suivi dans un service spécialisé ni ne se soignait. Je crois qu'il est actuellement sous contrôle judiciaire avec obligation stricte de soins. L'affaire devrait bientôt être jugée.
Portrait de orkidée

je croyais qu on etait deux dans une relation sexuelle et que les deux personnes doivent se proteger tant qu'elles ne connaissent pas reellement le statut serologique de leur amarade de jeux sexuels.On est au 21eme siecle et tout le monde sait que le sida existe. je trouve deplorable de juger des gens (alors que c 'est a chacun de se proteger lors d'une rencontre) qui sont jugés d office kan ils parlent ouvertement de leur seroposivite. les seronegs ne sont pas juger kan ils nous considerent méchament et nous mettent a l'ecart ou va t on??????????????????????
Portrait de nathan

C'est sans doute là où se situe le problème. Comment connaître le statut de son partenaire ? Sur sa simple déclaration ? Sur présentation d'un certificat ? Mais entretemps le partenaire peut avoir eu des relations non protégées... Mais quand on connaît son statut de séropositif, le sens des responsabilités ne demande-t-il pas qu'on dise qu'on est séropo même si on doit s'exposer à un refus de la part du partenaire ? Entre deux maux ne vaut-il pas mieux choisir le moindre ? De là à aller vers un tatouage systématique de la personne séropositive dès la connaissance de son statut ainsi que le proposait récemment le ministre de je ne sais plus quel pays...