Fonds mondial : 20 millions de vies à sauver

22 Septembre 2022
116 lectures
Notez l'article : 
0
 

Dans une tribune publié le 14 septembre dans Libé un collectif de personnalités françaises appellent le président Macron et le gouvernement français à  augmenter d’au moins 30 % la contribution de la France au Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme. La tribune arrive à quelques jours de la septième conférence de reconstitution du Fonds mondial prévue le 19 septembre à New York, mais repoussée au 21 en raison de la présence du président américain Joe Biden aux obsèques de la reine Élizabeth II. Parmi les signataires de la tribune, on retrouve beaucoup d’artistes et d’athlètes tels-les que Lassana Bathily (Médaille de l’ordre national du mérite), Black M (artiste), Marcia Higelin (artiste), Samuel Le Bihan (comédien), Mokobé (artiste rap), Assmaa, Yannick Noah, Sheila, Assa Sylla (comédienne) ou encore Tété (chanteur). « Sauver 20 millions de vies d’ici à 2026 est une mission ambitieuse dans un monde en proie aux crises multiples. C’est pourtant celle que le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme se donne depuis vingt ans », souligne la tribune. Les signataires rappellent l’impact de la pandémie de Covid-19 sur les trois épidémies et notamment sur le paludisme : « Ainsi, pour la première fois en vingt ans, le nombre de morts du paludisme est reparti à la hausse avec 69 000 décès additionnels en 2020, portant le nombre total de morts à 627 000 sur cette seule année ». Les artistes et athlètes exhortent le gouvernement français à agir à coup de métaphore sportive : « Nous appelons le président Macron et le gouvernement français à maintenir son rôle de champion le 19 septembre prochain en augmentant d’au moins 30 % la contribution de la France, en suivant l’exemple des États-Unis et du Japon, pour maintenir l’espoir d’un monde libéré du VIH-sida, de la tuberculose et du paludisme, d’ici à 2030 ». Et les signataires de la tribune de conclure : « Parce que nous ne pouvons pas vivre dans un monde où un enfant meurt chaque minute du paludisme, où une personne meurt chaque minute du VIH-sida et où 10 millions de personnes contractent la tuberculose chaque année ».