Fonds mondial : appel pour une augmentation

5 Mars 2022
857 lectures
Notez l'article : 
0
 

Uhuru Kenyatta, le président du Kenya a exhorté (24 février) les gouvernements et les bailleurs de fonds, y compris le secteur privé, à augmenter leurs contributions financières au Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme. Pour Uhuru Kenyatta, le septième cycle de reconstitution des ressources du Fonds qui aura lieu cette année, intervient à un moment où les pays luttent aussi contre la Covid-19, d'où la nécessité d'une solidarité mondiale dans la lutte contre les défis sanitaires du monde. « Lors du sixième cycle de reconstitution des ressources, mon administration a contribué à hauteur de six millions de dollars américains et nous prévoyons de renforcer notre engagement pour le septième cycle de reconstitution des ressources afin de soutenir le Fonds mondial », a-t-il affirmé, cité par l’agence de presse French.china.org. Dans un communiqué, le président Kenyatta a félicité le Fonds mondial pour le soutien qu'il apporte aux efforts de son pays dans la lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme. Il a expliqué que depuis 2002, le Fonds mondial a octroyé plus de 1,4 milliar de dollars de subventions au secteur de la santé du Kenya. Avec l'aide du Fonds mondial, entre 2013 et 2021, le pays a réussi à réduire de 67 % le nombre annuel de décès liés au sida. « Ces résultats encourageants ont pu être obtenus grâce à une augmentation de 83 % du nombre de personnes infectées par le VIH bénéficiant d'un traitement antirétroviral qui leur sauve la vie ; au nombre de 660 000 en 2013, elles étaient 1 200 000 en 2021 », a-t-il précisé. Le Kenya a atteint un taux de réussite du traitement de la tuberculose de 85 % et une baisse significative de la prévalence annuelle de la tuberculose. L'aide du Fonds mondial a, de plus, permis au pays de mieux répondre au paludisme et de faire passer sa prévalence de 8,2 % en 2015 à 5,6 % en 2020.