Fonds mondial : une conférence en France ?

28 Avril 2018
2 585 lectures
Notez l'article : 
5
 

Plusieurs personnalités politiques (1) ont publié un point de vue : "La France doit réaffirmer son leadership en matière de santé mondiale". Elles y rappellent que la France "est aujourd’hui le deuxième contributeur historique au Fonds mondial, derrière les Etats-Unis, avec plus de cinq milliards de dollars versés depuis 2001 (soit environ 4,1 milliards d’euros) et des promesses de dons à hauteur de 1,08 milliard d’euros pour la période 2017-2019". Mais elles pointent surtout que "la partie est loin d’être gagnée". En effet, "1,8 million de personnes supplémentaires ont été infectées par le VIH en 2017 et un million de personnes sont décédées du sida. Sur les 36,7 millions de personnes vivant avec le VIH, seules 20 millions bénéficient d’un traitement antirétroviral, dont 11 millions grâce aux programmes financés par le Fonds mondial", écrivent-ils. Ils expliquent aussi que "l’heure n’est plus aux promesses" et "appellent le président Macron à accueillir la prochaine conférence de reconstitution des ressources du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme". Ce sera la sixième conférence de ce genre. "Ce sera l’occasion (…) de réaffirmer notre engagement non seulement dans la lutte contre le sida, mais aussi en faveur de la couverture sanitaire universelle, du renforcement des systèmes de santé, de l’accès aux soins et aux traitements dans les pays à ressources limitées, des droits des populations les plus exposées aux épidémies et, enfin, de la coopération internationale en matière de santé. Il nous paraît impératif que la France adopte un comportement volontariste et mette un terme à la tendance observée au désinvestissement et au désengagement politique.

(1) : Pierre Cabaré, député de Haute-Garonne (La République en marche) ; Jean-Luc Lagleize, député de Haute-Garonne (Mouvement démocrate) ; Michel Larive, député de l’Ariège (La France Insoumise) ; Gabriel Serville, député de Guyane (Gauche démocrate et républicaine) ; Jean Spiri, Conseiller régional d’Île-de-France (Les Républicains) Laurence Trastour-Isnart, députée des Alpes-Maritimes (LR).