Tuberculose : décès à la hausse

3 Avril 2022
1 541 lectures
Notez l'article : 
0
 

Dans un communiqué à l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre la tuberculose (24 mars), l'Onusida alerte sur l’urgence de dépister et traiter la tuberculose chez les personnes vivant avec le VIH (PVVIH) alors que pour la première fois en treize ans, le nombre de décès liés à la tuberculose chez les PVVIH est à la hausse. Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), la tuberculose est la deuxième cause de mortalité due à une maladie infectieuse (derrière la Covid-19). Chaque jour, plus de 4 100 personnes en meurent et près de 30 000 contractent cette maladie pourtant évitable et curable. Entre 2006 et 2019, les efforts pour dépister et traiter la tuberculose avaient permis une baisse de 68 % des décès dues à cette maladie chez les PVVIH. Le dernier rapport de l’OMS montre que les décès dus à la tuberculose chez les PVVIH sont passés de 209 000 à 214 000 en 2020. « La hausse des décès dus à la tuberculose chez les personnes vivant avec le VIH est alarmante et montre la fragilité des progrès dans la lutte contre les pandémies », a déclaré Winnie Byanyima. La directrice exécutive de l’Onusida déplore un manque de moyens : « Quand la Covid-19 a frappé, l’attention qui était portée sur le VIH et la tuberculose s’est décalée alors que le monde devait faire face à une nouvelle pandémie. Cela a eu pour conséquences la perte inutile de vies et des cibles importantes manquées pour le VIH, la tuberculose et d’autres maladies. Nous avons besoin d’une action urgente et de plus d’investissements pour nous remettre sur la bonne voie ». Selon l'OMS, les dépenses mondiales consacrées au dépistage, aux traitements et à la prévention de la tuberculose en 2020 étaient de moitié inférieure à l'objectif mondial de 13 milliards de dollars par an. « Des investissements urgents sont nécessaires pour développer et élargir l'accès aux services et aux outils les plus innovants pour prévenir, détecter et traiter la tuberculose, ce qui pourrait sauver des millions de vies chaque année, réduire les inégalités et éviter d'énormes pertes économiques », a indiqué le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, dans un communiqué.