Garantir l’accès aux droits des TDS

3 Mars 2022
1 080 lectures
Notez l'article : 
0
 

Le 3 mars est la Journée internationale pour les droits des travailleurs-ses du sexe (TDS) pour commémorer une mobilisation en 2001 de 25 000 TDS en Inde. À cette occasion, Act Up-Paris a rendu public un rapport intitulé Observations et recommandations d’Act Up-Paris pour garantir l’accès aux droits des travailleurs-ses du sexe en 2022. Le document de 53 pages a été élaboré en concertation avec les associations de terrain et propose de nombreuses recommandations parmi lesquelles : l’abrogation des mesures locales réprimant le travail du sexe (notamment les arrêtés interdisant l’exercice du travail du sexe et les arrêtés d’interdiction de stationnement visant les travailleurs-ses du sexe) ;  l’abrogation de la loi de 2016 de pénalisation des clients des TDS majeurs-es ; un moratoire sur les OQTF (Obligation de quitter le territoire français) qui visent les travailleurs-ses du sexe séropositives ; reconnaître l’expertise des organisations de TDS pour lutter contre la traite, en particulier pour identifier et accompagner les victimes ou encore interdire les mesures criminalisant le travail sexuel pour que la police remplisse un rôle de protection et non pas de répression. Dans un thread Twitter, Act Up-Paris a réaffirmé son soutien au TDS car (ce public) « fait face à une répression accrue ces dernières décennies, à cause d’un arsenal législatif punitif. En effet, il écarte les travailleurs-ses du sexe de l’accès aux droits sociaux (santé, logement, protection sociale, …), les maintient dans la précarité et les expose aux violences et aux discriminations », déplore l’association. « L’état du débat reflète le refus des services de l’État d'apporter des données fiables et précises. En effet, les amalgames entre différents concepts comme la traite et le proxénétisme créent de la confusion », poursuit Act Up-Paris. « La crise sanitaire est venue frapper cette communauté déjà précarisée par la loi dite de « pénalisation des clients ». Elle a exacerbé les inégalités des droits humains des TDS, alors même que les TDS faisaient face à une vague inégalée de violences et de meurtres ». Et l’association de conclure : « Nous proposons aux candidats-es à la présidentielles 2022 un ensemble de mesures concrètes qui permettent de changer de paradigme et d’adopter une approche pragmatique pour améliorer la situation des travailleurs-ses du sexe ».