Génériques : la FDA dénonce les laboratoires

1 Juin 2018
3 193 lectures
Notez l'article : 
0
 

La Food and Drug Administration (FDA, l’agence américaine du médicament) a décidé de marquer le coup en publiant, fin mai, une liste des laboratoires pharmaceutiques qui, selon elle, pourraient bloquer de façon inappropriée l'accès à leurs médicaments aux Etats-Unis afin de retarder la concurrence des versions génériques. C’est ce qu’explique l’agence APM (22 mai) qui indique que certaines firmes citées par la FDA (Roche, Bayer, Mylan, AstraZeneca, Teva, Novartis, Shire, Boehringer Ingelheim, Gilead, Actelion, GlaxoSmithKline (GSK), Celgene, Lundbeck, Pfizer et Actelion) ont immédiatement protesté, affirmant que la liste n'était pas à jour et comprenait des médicaments pour lesquels des génériques sont en réalité disponibles. La publication de ces noms fait partie du plan présenté la semaine dernière par le président américain, Donald Trump, pour faire baisser les prix des médicaments aux Etats-Unis, notamment en renforçant la concurrence. Comme le rappelle l’APM, pour développer et faire homologuer un générique d'un produit aux Etats-Unis, les génériqueurs doivent obtenir des échantillons des princeps auprès des laboratoires qui les commercialisent. Ces laboratoires ont toutefois recours à des "tactiques" pour refuser l'accès aux échantillons, accuse la FDA. Selon l’organisme, plus de 150 demandes concernant une cinquantaine de médicaments princeps n’ont jamais eu de réponses. Les génériqueurs n'ont pu les obtenir auprès des laboratoires princeps. Plus de 150 demandes sont répertoriées pour une cinquantaine de médicaments. "Nous pensons qu'une transparence renforcée aidera à diminuer des obstacles superflus dans le développement et l'homologation de génériques", commente la FDA. Dans un communiqué, l'organisation professionnelle Pharmaceutical Research and Manufacturers of America (PhRMA) a estimé que la liste de la FDA était porteuse de plusieurs problèmes, mais les exemples cités par l’APM indiquent qu’il s’agit de détails. Le communiqué ne semble d’ailleurs pas répondre aux objections de fond soulevées par la FDA.