Génériques : l’Inde dit non à Abbott

19 Janvier 2011
2 472 lectures
Notez l'article : 
0
 
inde_v.jpg

Médecins sans frontières (MSF) a salué (10 janvier) le refus de l’Inde d’accorder des brevets au laboratoire Abbott (dont le siège est aux Etats-Unis) pour des médicaments destinés aux malades du sida. Selon l’ONG française qui soutient activement l’accès universel aux traitements anti-VIH via la large fabrication et diffusion de médicaments génériques dans les pays du sud, il s’agit d’une victoire pour les pays émergents. Selon MSF, le refus opposé à Abbott permettra d’assurer la délivrance des médicaments antirétroviraux comme l’atazanavir (Reyataz), le lopinavir/ritonavir (Kaletra) à des prix raisonnables. “Cette nouvelle est un grand soulagement pour les programmes de traitement du sida”, a estimé, dans un communiqué, Tido von Schoen-Angerer, qui dirige la campagne mondiale de MSF pour un accès aux soins médicaux dans le monde. Les fabricants indiens de médicaments génériques à bas prix produisent 80 % des médicaments utilisés par les malades du sida dans le monde entier, indique MSF. Des laboratoires indiens devraient donc débuter des versions génériques des médicaments fabriqués par Abbott. L'Inde aurait rejeté (janvier 2010) la demande de brevets du groupe américain au motif qu'"elle ne correspondait pas avec les critères de brevetage indiens”.

 

Commentaires

Portrait de romainparis

qu'il est possible de lutter contre le monopole et la toute-puissance des labo-producteurs. C'est une très bonne nouvelle.