Grand âge et autonomie : une loi en 2021

3 Octobre 2020
3 013 lectures
Notez l'article : 
0
 

Cela finira bien par arriver… un jour ! Emmanuel Macron a indiqué mardi 22 septembre que son objectif était de « présenter dès le début de l'année prochaine » un projet de loi sur le grand âge et l'autonomie. Attendue avec impatience par les professionnels-les, cette loi devrait être (selon la promesse présidentielle) « une réponse globale extraordinairement ambitieuse » pour les questions du grand âge. En préambule, une vaste concertation doit être lancée dans les prochaines semaines surnommée le « Laroque de l'autonomie ». Accompagné de la ministre déléguée à l'autonomie Brigitte Bourguignon, le président de la République a souligné que cette loi serait « très concrète », qu’elle permettrait de « revaloriser des métiers qui ne sont pas suffisamment valorisés », mais aussi de trouver une meilleure organisation entre les établissements et l'hospitalisation à domicile, avec des auxiliaires de vie ou des aides-soignants-es. « Il faut savoir comment nous redonnons une place à nos aînés pour vivre heureux dans la société, au maximum avec leur famille, aussi longtemps qu'ils le souhaitent et que les familles le souhaitent, ou en couple, ou à domicile, et quand c'est nécessaire, soit par intermittence soit ensuite de manière durable, dans des établissements adaptés », a-t-il avancé, cité par l’AFP. Première étape de la future réforme, la création d'une cinquième branche de la Sécurité sociale pour l'autonomie et le grand âge doit être actée dans le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2021, présenté par le gouvernement fin septembre. Déjà promise - puis abandonnée - par Nicolas Sarkozy, à nouveau promise par Emmanuel Macron en juin 2018, la réforme de la dépendance est freinée par son coût. Chargé de trouver « un milliard d'euros dès 2021 et 3 à 5 milliards à horizon 2024 », l'inspecteur des finances Laurent Vachey a proposé au gouvernement la semaine dernière une quinzaine de pistes, dont la réduction de certaines allocations et le rabotage de plusieurs niches sociales et fiscales. De quoi nourrir un débat animé.