Guide de l’auto-injection

16 Juin 2021
367 lectures
Notez l'article : 
0
 

Fondé en 2018, le fonds de dotation « Savoir+ Risquer- » est un organisme à but non lucratif qui fonctionne sur le modèle des fondations. Son action s’articule autour de trois pôles : la formation, la recherche ainsi que l’innovation en réduction des risques et des dommages liés à la consommation de drogues. C’est dans ce cadre que « Savoir+ Risquer- » vient de lancer son premier « Guide de l’auto-injection » à télécharger. Ce guide de 38 pages, destiné aux professionnels-les de santé et aux usagers-ères, a pour objectif de réduire les risques sanitaires liés à l’injection de drogues. Il rassemble des bonnes pratiques pour éviter que les personnes s’exposent à des risques graves. Le guide est le fruit d’un travail collaboratif entre usagers-ères et professionnels-es tout en se basant sur des connaissances scientifiques qui font consensus dans le champ de la réduction des risques et dommages. « Nous avons fait appel au consensus, à l’expertise médicale et à celle des usagers parce que les informations recueillies se complètent. Cela permet de décloisonner les sphères et de donner la parole aux personnes directement concernées qui, en tant que consommatrices de drogues, sont expertes en la matière » assure Marec Dieul, délégué général du fonds « Savoir+ risquer- ». L’injection de drogues est une réalité. Seize millions de personnes s’injectent des drogues dans le monde, 105 000 en France (d’après le Rapport mondial sur les drogues 2019), avec des risques sanitaires importants (VIH, Hépatite C, endocardites, septicémies…). Or, il est démontré que des mesures simples permettent d’éviter des complications graves, parfois mortelles. « Les risques de contamination sont encore trop peu connus et un guide des bonnes pratiques de l’injection s’imposait pour les repérer puis les corriger », déclare le Dr Elliot Imbert, président du fonds « Savoir+ risquer- » et inventeur du Stéribox.