Haïti : l’association Kouraj dénonce des propos homophobes

4 Août 2016
820 lectures
Notez l'article : 
5
 

Une association haïtienne de défense des droits des personnes LGBTI a dénoncé, mi juillet, les propos homophobes d'un sénateur voulant interdire certains programmes télévisés qui font, selon lui, l'apologie de l'homosexualité. "Nous savons que l'homosexualité est taboue en Haïti mais elle n'est pas un problème social et nous sommes déterminés à contrecarrer et à dénoncer tous ces discours homophobes, violents et discriminatoires qui n'ont plus leur place dans notre société", a déclaré à l'AFP Charlot Jeudy, président de l'association Kouraj. Dans une interview, le sénateur Jean Renel Sénatus avait notamment critiqué la diffusion sur les chaînes haïtiennes de la série "Glee" dont un des personnages est gay. "Je veux lancer un signal aux familles haïtiennes qui sont en danger aujourd'hui : les pères et mères de famille devraient observer une vigilance hors pair durant les vacances", a expliqué le parlementaire, un homme très avisé, qui a fait de la moralisation de la société son fond de commerce politique. "Nous voulons attirer leur attention sur ces feuilletons qui font la promotion des mauvaises mœurs, allant en sens contraire de la moralité". Evidemment, on pourrait trouver la sortie anecdotique, mais le fait est qu’elle s’inscrit dans un contexte social très défavorable aux homosexuels, qui font souvent l’objet de violences dans le pays. On notera aussi que ce sénateur reprend un créneau homophobe assez prospère en Afrique. En effet, comme le rapport l’AFP, Jean Renel Sénatus estime qu’une partie de la communauté internationale voudrait imposer l'homosexualité en Haïti. "Il y a certaines choses dont on a besoin de l'étranger, tout comme il y en a d'autres dont on n'a pas besoin et il faut des poubelles pour jeter celles-ci", a-t-il expliqué. "Dire que l'homosexualité est un truc d'étranger, c'est de la foutaise", lui a répondu Charlot Jeudy. "Que certains soient d'accord ou non, nous faisons partie de ce corps social : c'est un fait".