Haltes soins addictions

25 Mai 2023
1 342 lectures
Notez l'article : 
0
 

Saisi d'une question prioritaire de constitutionnalité par certaines associations de riverains-es parisiens-nes, le Conseil d'État a jugé que la loi autorisant les haltes soins addictions (nouveau nom des salles de consommation à moindre risque) était valide, indique un communiqué de la Fédération Addiction. Ces associations avaient saisi le Conseil d’État, « jugeant que la prolongation de l’expérimentation des haltes soins addictions n’était pas conforme à la Constitution ». Comme le rappelle la Fédération, dans sa décision, le Conseil d’État a estimé que cette question n’était ni nouvelle, ni sérieuse, le Conseil constitutionnel s’étant déjà prononcé sur ce sujet en 2016. Il a donc débouté les associations. Les haltes soins addictions (HSA, anciennement les SCMR) sont des dispositifs de santé publique qui ont fait l’objet d’une évaluation scientifique en 2021. « Celle-ci a confirmé leur efficacité à réduire les problèmes de santé des usagers qui les fréquentent sans qu’il ne soit noté de dégradation de la tranquillité publique à leur proximité », souligne la Fédération Addiction. « Deux salles existent actuellement en France : l’une à Paris et l’autre à Strasbourg. La Fédération Addiction soutient l’ouverture de haltes soins addictions partout où cela est nécessaire comme partie intégrante des dispositifs de soin et d’accompagnement », indique le communiqué.