Harcèlement : des amendes plus sévères

14 Janvier 2022
262 lectures
Notez l'article : 
0
 

En campagne, Emmanuel Macron a indiqué, lundi 10 janvier, lors d’un déplacement à Nice vouloir tripler à 300 euros l’amende pour harcèlement de rue. L’acte sera d’ailleurs qualifié de « délit », dans le cadre d’une future loi sur la sécurité (Lopmi), a indiqué l’AFP. Dans cette nouvelle loi - qui ne pourrait être votée qu’après 2022 , le chef de l’État a expliqué vouloir « doubler la présence policière dédiée dans les transports en commun aux horaires où les agressions sont le plus constatées ». Emmanuel Macron a fait valoir que « parmi les victimes de vols avec ou sans violence et de violences sexuelles dans les transports en commun » les femmes représentaient « respectivement 56 % et 95 % des victimes pour 52 % de la population ». Il a, par ailleurs, annoncé le doublement en cinq ans du nombre des enquêteurs-rices dédiés-es aux violences intrafamiliales, portant leur nombre à 4 000.