Hausse des outrages sexistes

13 Août 2022
277 lectures
Notez l'article : 
0
 

La loi du 3 août 2018 a créé des infractions spécifiques pour outrage sexiste. Depuis la promulgation de cette loi, le nombre d'infractions enregistrées par les forces de sécurité est « orienté à la hausse, mais à un rythme ralenti depuis la fin 2021 ». Sur la période 2020-2021, 3 700 infractions d'outrages sexistes ont été enregistrées en France par les services de sécurité dont 1 400 en 2020 et 2 300 en 2021, indique le Service statistique ministériel de la sécurité intérieure (SSMSI) en charge de la collecte et du traitement de ces données. Ces infractions sont des contraventions, de 4ème ou 5ème classe. Il s'agit le plus souvent d'outrages sexistes sans circonstances aggravantes (« outrages sexistes portant atteinte à la dignité ou créant une situation intimidante, hostile ou offensante imposée à une personne » selon les termes de la loi) : ils représentent 70 % des contraventions pour outrages sexistes enregistrées en 2020 et 75 % de celles enregistrées en 2021, détaille le SSMSI. Ces infractions sont enregistrées en premier lieu dans les régions du Centre-Val-de-Loire et d'Île-de-France. Sur le périmètre restreint à la police nationale (des plaintes peuvent être déposées auprès de la gendarmerie, là où elle existe), les victimes sont majoritairement des femmes sauf lorsqu'il s'agit d'outrages commis en raison de l'orientation sexuelle de la victime, et elles ont moins de 30 ans pour près des deux-tiers d'entre elles. Les auteurs sont quasi-exclusivement des hommes, majeurs pour la plupart, souligne le SSMSI.