Hépatite B : le paradoxe !

2 Juin 2009
605 lectures
Notez l'article : 
0
 
hepatites.jpg

Comment est perçue l'hépatite B et sa prévention ? C'est à cette question que répond une étude française. En France, l'hépatite B chronique touche 280 000 personnes. Cette maladie serait responsable de 1 300 décès par an. Il existe un vaccin contre l'hépatite B et un traitement, mais ce traitement ne permet pas de guérir de l'hépatite B. Cette étude a été réalisée en 2008 auprès de soixante-dix personnes à Paris, Lille et Marseille et d'autre part auprès de 50 médecins en 2007 à Paris, Lille, Lyon et marseille. Spontanément, l'hépatite B ne fait pas partie des préoccupations de santé sauf chez les personnes migrantes. Les participants (non médecins) de l'étude avaient un niveau de connaissance très faible sur la maladie et ses modes de transmission. Du côté des médecins, l'hépatite B était une maladie connue dans son ensemble mais qui n'était pas perçue comme un enjeu de santé publique majeur. Par exemple,  la majorité des médecins ne proposait pas spontanément la vaccination.  Cette étude a mis à jour un paradoxe. En effet, il y a d'un côté la population générale qui est demandeuse d'information sur l'hépatite B et semble prête à recevoir la vaccination sur proposition du médecin et de l'autre, des médecins pas très à l'aise sur cette maladie qui proposent rarement la vaccination de crainte qu'elle ne soit refusée.
Plus d'infos sur www.invs.sante.fr