Hépatite C : l'Inde limite les frais… de Roche

17 Novembre 2012
3 404 lectures
Notez l'article : 
0
 
drapeau-Inde.jpg

Une commission indienne a révoqué (2 novembre) le brevet accordé en 2006 au géant pharmaceutique suisse Roche pour son médicament Pegasys (interféron), utilisé dans le traitement contre l'hépatite C, faisant valoir qu'il n'était pas suffisamment "novateur". Saisie par une organisation non gouvernementale, la fondation Sankal Rehabilitation, qui a jugé ce médicament trop onéreux, la Commission d'appel de la propriété intellectuelle (IPAB) indienne a annulé le brevet délivré auparavant par Roche par l'Office local des brevets, rapporte l’AFP. La fondation Sankal Rehabilitation avait fait valoir que le prix du Pegasys qui peut atteindre selon elle jusqu'à 8 750 dollars pour un traitement dépasse de loin les budgets des personnes ayant besoin d’un traitement. Le groupe Roche peut encore faire appel de cette décision auprès de la justice indienne, mais les défenseurs des droits des patients considèrent d'ores et déjà celle-ci comme une importante victoire. "Si nous arrivons à produire des médicaments génériques moins chers, des millions de malades souffrant de l'hépatite C - en Inde comme ailleurs - pourront en bénéficier", a déclaré à l'AFP l'avocat de l’ONG Anand Grover. "C'est une importante victoire pour les malades de l'hépatite C", a-t-il assuré. Dix à douze millions d'Indiens souffrent de l'hépatite C, mais beaucoup ne reçoivent pas de traitement à cause de son coût, selon la fondation Sankal Rehabilitation, qui vient en aide aux consommateurs de drogues, souvent contaminés par l'hépatite C via l'utilisation de seringues. L'Inde, dont le marché pharmaceutique pèse près de douze milliards de dollars (9,34 milliards d'euros), est le premier producteur de médicaments génériques bon marché, et les exporte pour la plupart vers des pays en voie de développement. La décision de l'IPAB est un nouveau revers pour les groupes pharmaceutiques occidentaux implantés en Inde, qui ont misé sur ses 1,2 milliard d'habitants pour stimuler leurs ventes.