Hollande plaide pour une régulation du prix des médicaments

4 Mai 2016
1 426 lectures
Notez l'article : 
0
 

Dans la lignée de récentes déclarations sur le prix des médicaments, François Hollande est intervenu dans les colonnes de la prestigieuse revue médicale "The Lancet" (2 mai) pour y plaider, une nouvelle fois, pour une régulation du prix des médicaments. Cette préoccupation est assez récente chez le chef de l’Etat qui ne s’est guère exprimé jusqu’à présent sur les enjeux en France et leurs conséquences du prix très élevé concernant les nouveaux traitements du VHC et celui des médicaments anti-cancers. Dans l’édito du numéro spécial de la revue britannique, consacré à la France : "France : de la sécurité sociale à la santé globale", le président français a exhorté la communauté internationale à "prendre ses responsabilités" en matière de sécurité sanitaire, plaidant donc pour une régulation du prix des médicaments. "La France veut lutter contre le prix prohibitif de certains nouveaux médicaments tout en favorisant l'innovation", explique-t-il. "Elle a donc pris l'initiative de mobiliser le G7" qui se déroulera en juin 2016 au Japon sur ce sujet. "Pour la première fois cette année, une réunion des ministres de la Santé des sept pays les plus riches de la planète (États-Unis, Japon, Allemagne, France, Royaume-Uni, Italie, Canada) devrait amorcer un dialogue et une coordination entre autorités de régulation, industrie pharmaceutique et patients", explique François Hollande dans son édito. L’objectif serait d’"assurer aux malades un accès effectif aux soins". "J'appelle la communauté internationale à prendre ses responsabilités. De notre détermination à forger de vraies couvertures sanitaires dépendra, en effet, notre capacité à financer des infrastructures de soins de qualité et à mettre en œuvre de réelles politiques de prévention et d'éducation contre les maladies chroniques", indique François Hollande qui fait un peu d’auto-promo au passage. Il souligne ainsi qu'en 2015, la France a "engagé plus d'un milliard d'euros dans l'aide au développement en santé".