Homophobie : l'Angleterre s'excuse

3 Août 2021
947 lectures
Notez l'article : 
0
 

La diplomatie britannique a présenté des excuses publiques, le 5 juillet dernier, pour « avoir interdit le recrutement de personnes homosexuelles jusqu’en 1991 ». Le gouvernement parle d’une approche « malavisée » qui a privé le Royaume-Uni de certains de ses « meilleurs talents », indique l’AFP. Cette interdiction a donc été levée il y a seulement 30 ans. « Je veux présenter des excuses publiques pour cette interdiction et l’impact qu’elle a eu sur notre personnel LGBT et leurs proches, ici au Royaume-Uni et à l’étranger », a déclaré Philip Barton, sous-secrétaire permanent au sein du ministère des Affaires étrangères et chef du Service diplomatique, dans un message aux employés-es du corps diplomatique. La levée très tardive de cette interdiction surprend d’autant plus que les relations entre personnes de même sexe ont été décriminalisées en 1967 au Royaume-Uni. Il semble que l’interdiction de recruter des personnes LGBT ait été prise, puis maintenue par crainte qu’elles soient plus vulnérables que les hétérosexuels au chantage. Cette peur aurait été alimentée par plusieurs scandales d’espionnage tel celui de John Vassall, un employé gay de l’ambassade britannique à Moscou qui avait été piégé par les Soviétiques… comme si cela n’aurait jamais pu arriver à un-e hétéro. Arrêté en 1962, John Vassall avait été condamné à 18 ans de prison. « L’interdiction était en place parce qu’il y avait une perception que les personnes LGBT étaient plus exposées au chantage que les hétérosexuels et, par conséquent, qu’elles posaient un risque pour la sécurité », a avancé Philip Barton. « À cause de cette vision malavisée, des carrières ont été interrompues, écourtées ou arrêtées avant même d’avoir pu les commencer. Et le service diplomatique s’est sans aucun doute privé de certains des meilleurs talents du Royaume-Uni », a-t-il regretté. De son côté, le ministre des Affaires étrangères, Dominic Raab, a exprimé sa « reconnaissance » envers les « diplomates LGBT britanniques, anciens et actuels, qui représentent si brillamment notre pays et promeuvent nos valeurs dans le monde ». Ces excuses publiques sont intervenues à la veille d’une conférence de la Coalition intergouvernementale pour l’égalité des droits (ERC), co-organisée par le Royaume-Uni les 6 et 7 juillet. En février dernier, le chef des services secrets britanniques, Richard Moore, avait lui aussi présenté des excuses publiques pour le « traitement discriminatoire infligé aux personnes homosexuelles », qui avaient également été écartées du MI6 jusqu’en 1991.