Homophobie : les activités de l’ONG Shams suspendues par la justice

16 Janvier 2016
639 lectures
Notez l'article : 
0
 

"L'association Shams a reçu [lundi 4 janvier 2016, ndlr] une notification du chargé du contentieux de l'Etat selon laquelle il a été décidé de suspendre ses activités pour une période de trente jours", a indiqué à l'AFP Me Mounir Baatour, avocat et vice-président de cette organisation non gouvernementale qui s’est publiquement engagée en faveur de la dépénalisation de l'homosexualité en Tunisie. Interrogé sur le motif de cette décision, l’avocat a expliqué que le motif de cette suspension n’était pas clair. Le vice-président de l'ONG, Ahmed Ben Amor, a, de son côté, dénoncé une décision "politique". "L'association exerce ses activités tout en respectant la loi. (...) Cette décision montre une volonté politique d'entraver nos activités", a-t-il avancé. Créée en 2015, Shams ("soleil" en arabe) est la première association à défendre publiquement les droits des homosexuels en Tunisie. Elle réclame l'abrogation de l'article 230 du code pénal qui punit de trois ans de prison la sodomie et le lesbianisme, et dénonce le recours à l'examen anal dans le cadre des procédures, un acte jugé "inhumain" et "dégradant". En décembre 2015, l'ONG a vivement dénoncé la condamnation de six étudiants de Kairouan à trois ans d'emprisonnement et à une interdiction de séjour de cinq ans dans cette ville pour "pratiques homosexuelles".