Ignorance : c’est grave docteur ?

10 Juillet 2011
2 411 lectures
Notez l'article : 
0
 
point_d_interrogation.png

Curieuse, l’unité sida du centre hospitalier universitaire de Constantine (Algérie) a voulu connaître le niveau de connaissance des étudiants en médecine sur le VIH/sida et voir qu’elles pouvaient être leur attitude par rapport à cette maladie. L’unité sida, dirigée par le professeur Eddine, a conduit deux études : l’une sur des étudiants en quatrième année de médecine n’ayant pas encore eu de cours sur le VIH et une mêlant de jeunes universitaires, des lycéens et des collégiens. "Les résultats sont plus qu'édifiants", note le site d’information "Le temps d’Algérie" qui les a présentés le 1er juillet. Chez les étudiants en médecine : 10% pensent que "seuls les toxicomanes et les homosexuels peuvent attraper le sida". 12% estiment qu'une personne peut devenir séropositive en mangeant et en buvant avec une personne malade. 28% pensent qu'ils peuvent devenir séropositifs après avoir été piqués par un moustique, 5% juste en travaillant avec un séropositif et 7% en utilisant le même téléphone. 56% en donnant son sang ! Si la très grande majorité des étudiants savent que le virus du sida peut se transmettre via le sang et le sperme, 27,6% des étudiants croient que le sida se transmet par la salive, 7,6% par la sueur ; 10,5% par les larmes et 8,2% par l'urine.

 

Commentaires

Portrait de communard2011

Puisqu'en Algérie, dans les hôpitaux, dans les pharmacies, au mieux, on obtient des médicaments contrefaits qui sont de purs placebo ou des médicaments contrefaits ou périmés hautement dangereux...
Portrait de youyou

car cette ignorance débouche souvent sur la peur qu'elle peut engendrer lors de sujets importants (comme celui du sida par ex) et c'est très regrettable. Mais rien d'étonnant à ces chiffres. Pour ma part, je ne suis pas surprise. Faut croire qu'il est plus confortable de rester dans l'ignorance de ce que l'on connait pas que de chercher à s'informer! Je trouve cela hallucinant tout de même pour des élèves en 4e années de médecine.......
Portrait de petit nouveau

en 4e année de médecine, à mon avis impardonnable, cela me ''choque''. Dans nos pays lorsque ceux qui arrivent avec un diplôme en médecine. Des tests , des mises à niveaux et même la non-reconnaissance de leurs diplômes ..heureusement ! C'est ''dur'' ce que je dit, en effet. Mais dès la première année de médecine, ici ils sont minimalement informés et plus. Mais c'est quoi leurs cours pendant 3 ans? C'est une opinion Petit nouveau
Portrait de guppy

pas si longtemps que ça, un jeune médecin qui faisait un remplacement, me demandant depuis combien de temps j'étais séropositif, me répondit que ça l'étonnait toujours de voir quelqu'un vivre aussi longtemps avec le vih, et nous sommes en France!
Portrait de petit nouveau

tu a raison Guppy, Même ici au Canada, une des médecins lors de la découverte à l'hôpital. À partir du moment du diagnostic. Ne m'a jamais touchée, lorsque celle-ci m'a examinée lors de mon hospitalisation. Je ne crois pas que pour sa part , c'est de la méconnaissance , mais de la peur !! Cela ne l'excuse pas , mais c'est ainsi. Une autre médecin de cette équipe, très gentille et bien informée. M'a quand même dit ceci '' lorsque tu sortira de l'hôpital, va te faire suivre à une clinique spécialisée qui est associée à un hôpital spécialisée''. Je suis donc maintenant suivi dans une des meilleurs cliniques spécialisées au Québec et avec un centre hospitalier associé. Pour qui , le vih est une maladie chronique. Toute une différence. respect, compréhension, connaissance. Mais c'est quand même incompréhensible et inacceptable de la part , des étudiants en médecine 4e année ou des médecins. Homophobie à été un combat de plusieurs années. La compréhension du vih et de ceux ou celles qui sont séro. est à mon avis un chemin qui sera aussi long. Amitié Petit nouveau
Portrait de sonia

Pas besoin d'aller en Algérie pour constater les mêmes peurs chez nous en France.

Je consulte la médecine de ville pour la surveillance de ma tyroïde et un kyste au sein .

 C'est un examen rapide, moins de dix minutes, le temps de renouveler les ordonnances et de passer ma carte vitale au lecteur, aucun contact physique avec le docteur, ni prise de tension, ni écoute du coeur avec le stetoscope , ni  tirette de la langue Moqueur

 A ma dernière visite chez mon toubib, au moment de se dire au revoir, j'ai spontanément tendu la main pour la lui serrer. Il m'a regardée incrédule puis a avancé sa paume craintivement , son regard trahissait une gêne, j'ai senti  le bout de ses doigts moites.

Je ne reverrai plus ce medecin mal traitant !