Inégalités : un rapport de l’OCDE

13 Mai 2014
782 lectures
Notez l'article : 
0
 

Les inégalités qui atteignent leur plus haut niveau depuis des décennies dans de nombreux pays, fragilisent la croissance économique et le bien-être. C’est ce qu’indique un nouveau rapport publié (5 mai) par l’OCDE (Organisation de Coopération et de Développement Économiques). Et voilà ce que dit le rapport. D’une part que les bénéfices de la croissance ont été captés de façon disproportionnée par les plus hauts revenus. Dans les pays de l'OCDE en 2010, le revenu moyen des 10 % les plus riches de la population était 9,5 fois supérieur à celui des 10 % les plus pauvres, alors qu’il n’était que 7 fois supérieur il y a 25 ans. Autres chiffres : aux Etats-Unis, les 1 % les plus aisés ont capté 47 % de la progression totale des revenus entre 1976 et 2007, contre 37 % au Canada et 20 % environ en Australie et en Grande-Bretagne. Depuis que la crise financière a éclaté, le fossé entre riches et pauvres se creuse encore plus rapidement. D’autre part, le rapport "met en lumière les liens entre revenu, éducation et santé. Les données recueillies dans 14 pays de l'OCDE montrent qu’à l’âge de 30 ans, les individus ayant le niveau d’études le plus élevé peuvent espérer vivre 6 ans de plus en moyenne que les personnes les moins instruites", explique l’OCDE. "Les inégalités ébranlent les sociétés et sont néfastes pour les économies", précise Angel Gurría, secrétaire général de l'OCDE. "Il ne suffit pas de mettre en œuvre des politiques de croissance, il faut aussi veiller à ce que les effets positifs de la croissance soient partagés par tous. C’est aujourd’hui l’un des défis les plus urgents auxquels nous sommes confrontés".