Interdiction de fumer dans 52 jardins publics à Paris

9 Juin 2019
421 lectures
Notez l'article : 
0
 

À l’occasion de la Journée mondiale sans tabac, la Ville de Paris a annoncé, qu’en lien avec les maires d’arrondissement, elle étendait à 52 espaces verts son dispositif « Jardins sans tabac », faisant de « Paris, une capitale toujours plus accueillante et plus respirable ». Depuis le début de la mandature, Anne Hidalgo s’est engagée à « faire de Paris une capitale, plus respirable et où il fait bon vivre », explique un communiqué de la mairie. De nombreuses mesures ont déjà été réalisées dans cet objectif : l’interdiction dès 2015 de fumer à proximité des aires de jeux pour enfants, ou encore les dix-neuf rues sans mégots mises en place au mois de mai dernier. La Ville de Paris a mené une expérimentation pédagogique de parcs sans tabac dans six espaces verts de la capitale, depuis juillet 2018. Ce dispositif a permis de faire diminuer le nombre de fumeurs présents dans ces parcs et de mégots jetés au sol. La Maire de Paris, et son adjointe aux espaces verts et à la nature en ville, Pénélope Komitès, ont depuis proposé à tous les maires d’arrondissement d’étendre ce dispositif. Ce sont 46 parcs et jardins supplémentaires qui ont ainsi été sélectionnés par les Mairies d’arrondissement. Dès samedi 8 juin, 52 parcs et jardins parisiens, soit 10 % des espaces de verts de la capitale, deviendront des « Jardins sans tabac ». Durant plusieurs semaines, les contrevenants-es à l’interdiction seront prévenus oralement. À la suite de ces semaines de sensibilisation, une verbalisation des éventuels contrevenants-es sera mise en œuvre. Au même titre que pour les aires de jeux, l’infraction engendrera une amende de 38 euros. Par ailleurs, trois plages marseillaises (Pointe Rouge, Borély et Bonneveine) ont été érigée plages « sans tabac ». C’est une première pour la cité phocéenne, qui interdit de fumer sur trois plages très fréquentées pour la saison estivale, indique l’AFP. Cette décision a été prise « dans le but de protéger les non-fumeurs des dangers du tabagisme passif et de préserver le littoral des déchets (mégots, charbons...) », selon l'arrêté municipal consulté par l'AFP. La consommation de narguilé ou chicha est, quant à elle, interdite sur toutes les plages. De la plage de Corbières, au nord de la ville, jusqu'aux Calanques, Marseille compte 21 plages, soit 90.000 m², sur 57 km de littoral. Plusieurs villes et stations balnéaires ont interdit le tabac ces dernières années sur certaines de leurs plages, à commencer par Nice qui, la première, a créé en 2012 une plage sans tabac, jusqu'à Saint-Malo (Ile-et-Vilaine), Ouistreham (Calvados) ou encore Propriano en Corse.