IST : un taux record en 2019

29 Avril 2021
143 lectures
Notez l'article : 
0
 

Les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) forment ensemble la principale agence fédérale des États-Unis en matière de protection de la santé publique et chaque année le CDC rend publiques les données de surveillance des infections sexuellement transmissibles (IST). Le dernier rapport publié le 13 avril révèle un taux record d’IST en 2019 aux États-Unis, avec une courbe qui monte pour la sixième année consécutive. En tout, plus de 2,5 millions de cas de chlamydia, de gonorrhée et de syphilis ont été rapportés en 2019, soit une augmentation de près de 30 % entre 2015 et 2019. La plus grosse augmentation concerne la syphilis congénitale chez les nouveaux nés qui a quasiment quadruplé entre 2015 et 2019. Les IST, comme le VIH et la Covid-19, ne touchent pas toute la population américaine de la même façon. En 2019, le taux d’IST était cinq à huit fois plus élevé chez les personnes appartenant à la communauté afro américaine. Il était trois à cinq fois plus élevé chez les personnes appartenant aux communautés indiens-nes d’Amérique, autochtones d'Alaska et autochtones hawaïens-nes. Enfin, Il était un à deux fois plus élevé chez les personnes appartenant aux communautés hispaniques ou latino. Près de la moitié des cas de syphilis ont touché les hommes gays et bisexuels et le taux de gonorrhée était 42 fois plus élevé dans ce groupe en comparaison aux hommes hétérosexuels. Enfin, les jeunes âgés-es entre 15 et 24 ans étaient concernés-es par 61 % des cas de chlamydia et 42 % des cas de gonorrhée. Les données de l’année 2020 ne sont pas encore disponibles, mais tout laisse penser que la crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19 n’a fait qu’exacerber ces inégalités d’accès aux soins et a fortement perturbé les services d’infectiologie, donc de dépistages et de prise en charge. En janvier 2021, un tiers du personnel qui fait partie des programmes IST était toujours mobilisé sur les efforts liés à la Covid-19. « La pandémie de Covid-19 a mis en exergue les faiblesses de notre système de santé publique dues à un manque d’infrastructures et un manque de ressources humaines », déplore le CDC. Pour pallier ce manque, des solutions sont proposées, comme la mise en place de cliniques express IST ou encore le développement de la télémédecine et des autotests particulièrement importants dans les zones rurales éloignées des grandes villes. « Les IST ne vont pas attendre que la pandémie se termine, il faut donc relever le challenge dès maintenant. Ces nouvelles données doivent nous faire comprendre l’ampleur de l’urgence afin de mobiliser les ressources nécessaires et faire en sorte que les prochains rapports racontent une histoire différente », conclut Raul Romaguera, directeur de la division IST du CDC.