Jeunes en Afrique : les femmes plus touchées

5 Août 2019
529 lectures
Notez l'article : 
1
 

Des données recueillies au cours d’études laissent penser que la prévalence du VIH chez les femmes de 20 à 29 ans vivant en Afrique occidentale et centrale dépasse celle des hommes de la même tranche d’âge dans tous les pays, indique un récent communiqué de l’Onusida. Ce taux serait même entre 5 et 9 fois, supérieur dans certains pays comme la Gambie, la Côte d’Ivoire et le Ghana, note l’agence onusienne. Dans la tranche d’âge des 40-49 ans, le taux des hommes « rattrape » celui des femmes et l’on retrouve des valeurs similaires de prévalence du VIH. Seuls la République démocratique du Congo, le Ghana et le Gabon font figure d’exceptions, car la prévalence parmi les femmes de ce groupe y est encore presque deux fois supérieure. L’écart de prévalence du VIH constaté entre les femmes et les hommes dans la tranche d’âge des 20-29 ans dépasse aussi celui observé dans les pays d’Afrique orientale et dans certains pays d’Afrique australe. Plusieurs hypothèses peuvent expliquer cette situation, comme le taux élevé de circoncision médicale volontaire chez les hommes dans les pays d’Afrique occidentale et centrale. Trois études cliniques menées en Afrique du Sud, en Ouganda et au Kenya ont montré que la circoncision masculine protège de la transmission du VIH de la femme vers l’homme dans 60 % des cas. La très faible utilisation de préservatifs et le faible nombre d’hommes suivant une thérapie antirétrovirale figurent également au nombre des explications possibles, avance aussi l’Onusida.