Jeunes femmes et VIH en Afrique

20 Mars 2020
397 lectures
Notez l'article : 
0
 

Au niveau mondial, les adolescentes et les jeunes femmes (âgées de 15 à 24 ans) ont été le groupe au sein de la population féminine qui a connu le plus fort recul des nouvelles infections au VIH (-44 %) entre 1995 et 2018, indique l’Onusida. L’institution onusienne y voit la marque du succès des programmes de prévention dédiés à cette tranche d’âge. Néanmoins, en 2018, près de 6 000 adolescentes et jeunes femmes ont été contaminées par semaine (au niveau mondial) et elles représentaient 60 % des 510 000 nouvelles infections (estimation) touchant cette tranche d’âge, tous sexes confondus. En Afrique subsaharienne, l’effet des facteurs liés au genre aggravant l’épidémie se fait sentir plus qu’ailleurs, note l’Onusida. Dans cette région, les adolescentes et les jeunes femmes sont exposées à un risque 2,4 fois plus élevé de contamination au VIH que les garçons et les hommes du même âge. Il y a donc « encore du chemin à parcourir pour parvenir à l’objectif global de ramener les nouvelles infections au VIH chez les adolescentes et les jeunes femmes à moins de 100 000 d’ici 2020 », rappelle l’agence. En 2018, ce chiffre atteignait 310 000, soit trois fois l’objectif fixé.