L'injection supervisée : pour ou contre ?

30 Octobre 2012
5 672 lectures
Notez l'article : 
0
 
Chat_th__matique.jpg

Depuis plusieurs années en France, le débat est ouvert sur l’ouverture expérimentale de salles de consommation à moindre risque. De telles structures existent depuis de nombreuses années dans d’autres pays comme la Suisse, le Canada, l'Allemagne, les Pays-Bas, l'Espagne, la Norvège, le Luxembourg ou l'Australie. Leur efficacité en terme de réduction des risques liés à l’injection, de baisse des contaminations VIH et/ou VHC, de diminution des overdoses, d’accès à un traitement de substitution et plus largement à un suivi médical, de baisse de la criminalité, de création de lien social avec des personnes très précarisées, n’est plus à prouver. Elles ne sont pas une panacée, et ne règleront pas tous les problèmes, mais elles permettent d’offrir des solutions sérieuses en phase avec l'épidémie à la place d'une politique uniquement basée sur la répression et qui a montré, depuis longtemps, ses limites. Que pensez-vous de l’ouverture de salles de consommation à moindre risque ? Etes-vous favorables à de tels dispositifs ? Quelles seraient vos attentes et vos craintes par rapport à ces structures ? On en discute ce soir à partir de 21 heures sur le chat, dans le salon thématique, en compagnie de Vichenzo.

 

Commentaires

Portrait de frederic16

frederic16 un A+
Portrait de ggrreegg°

je suis seropositif car a l'epoque les seringues n'etaient pas en vente libre . Je suis contre les salles de shoot qui ne serviront a rien a moins de fournir egalement le produit ..
Portrait de erni

Comment peut tu dire ça, justement ils auront des seringues propres et des infos et cela est très important, tu te venge parce que toi tu n'a pas eu de seringues ou qu'ois, moi aussi j'ai fait ça début 80 et pas de seringues pour tous donc tournante, mais surtout aucune infos et je suis bien content qu'ils aient au moins ça as tu, lut salle d'injection supervisée, avant j'étais contre, mais pas pour les mêmes raisons j'ai lut et je suis ok
Portrait de Aradia

Décidément, c'est comme pour les anciens fumeurs...c'est les plus intolérants!!! Il faut arrêter le fantasme de dire que tout le monde va se shooter. L'objectif c'est la réduction des risques sanitaires et sociaux et donc pour les gens qui consomment, cet endroit sera sécurisé et ils seront encadrés.
Portrait de NathanaëlSero

Mais je ne souhaites pas de salle fixe mais des bus mobile pour pouvoir parcourir toute les villes, coin et recoin ou traîne les gens qui se drogue.

Supervisé par 2 infirmières + assistante social + bénévole.

Cela me paraîtra très bien.

En faite, pour mais ça dépendra comment et dans quel condition cela ce fera. Je ne voudrais pas d'un truc vite fait sans moyen qui ne servirais a rien au final.

Nathanaël.

Portrait de robhalford

... je participerai avec intérêt à ce chat. Je lis depuis quelque temps les posts à ce sujet sans participer car je connais peu le sujet. Mais bon, je n'arrive pas à être pour ces salles. C'est plus fort que moi ;) Je ne demande qu'à être convaincu de l'utilité de cette initiative. Mais j'ai un gros problème avec le concept.
Portrait de frabro

La semaine passée ont eu lieu les 4èmes rencontres nationales de la réduction des risques organisées par l'Association Française de Réduction des risques (AFR). La ministre de la santé, Marisol Touraine, y à réaffirmé par message vidéo interposé la volonté du gouvernement d'expérimenter le dispositif ; ceci a été confirmé en direct par la nouvelle présidente de la MILDT. Pour répondre à Nathanaël : Une vidéo a également été projetée montrant les projets de la municipalité de Marseille : deux salles fixes en prévision, et un bus mobile pour les quartiers nord de la ville. Je vais suivre particulièrement cette partie de l'expérimentation, car si il est utile que quelques grandes villes se dotent de salles de consommation, cela ne résoudra en rien le problème des consommateurs isolés, en particulier dans les petites villes où en milieu rural.
Portrait de Angie

Je trouve cette perspective totalement " Géniale ", enfin ce n'est pas le mot exact mais c'est le seul qui me vient à l'esprit. Génial pour les toxicos qui n'auront plus à shooter n'importe où et donc laisser trainer des seringues partout, sur les plages entre autre ( Je vis en bord de mer et j'en vois pas mal ) , génial pour se les fournir et enfin pour les informations que j'aurais aimé avoir, moi aussi, il y a 20 ans. Donc OUI aux salles de shoot et aux bus pour les "camés" éloignés des grandes villes. Angie.
Portrait de erni

d'accord avec toi !!infos et seringues mais le terme "camés" ne me plaît pas > camés, plombés,clean tous ces mots me mettent mal à l'aise
Portrait de NathanaëlSero

Alors ce tchat c'est bien passé ? j'ai hate de lire le compte rendu. Biz. Nathanaël.
Portrait de frederic16

frederic16 un A+ pour salle d injection ,cela évitera toute contamination(vih,vhc,mst,ect....)et plus facile a cerner pour post-cure ou autre.Car a mon époque un idiot de ministre avait interdit la vente des seringues en pharmacie.On se shooter avec des pieux(grosse aiguille ou pointe d aiguille abimé).On s envoyer nos dose dans n importe quel endroit.Si sa n avait pas été interdit,je n aurais pas été séropositif et hépatite C (hépatite C j en suis guéri) .Enfin je ne vais pas vous raconter ma vie.Réfléchi bien ggrreegg.AMITIE a tous
Portrait de fil

mieux la réduction des risques que la répression, qui n'abouti à rien en matière de santé publique. Car c'est de la santé publique , que l'on parle la, protégé les toxs, c'est protégé tout le monde, faut bien pigé ça, nos enfants dans les jardins sur les plages.etc....... Un accompagnement bien sur vers un sevrage, et un soutien psychologique. Cela a fait ses preuves dans de nombreux pays déja, Alors , les frenchies on se bouge? Fil
Portrait de vichenzo

Avant toute chose nous tenons à préciser qu’il y a un forum ouvert, permettant de soumettre et de proposer vos idées pour les Chats à thème du mardi soir.

Les séronautes présents lors du Chat, étaient tous pour l’expérimentation de l’ouverture de salle de consommation à moindre risque, car ces dernières permettront aux personnes qui injectent, d’avoir accès à du matériel stérile, de ramener leur matériel usagé, d’avoir accès à un traitement de substitution (si ce n’est pas déjà le cas), accès à un suivi médical, et à des conseils de réduction des risques. De plus, elles permettront de créer du lien social avec les personnes les plus précarisées, de faire baisser la criminalité ainsi que les overdoses, et surtout faire baisser le nombre de contamination à l’hépatite C. « Vraiment quel pas en avant vers plus d’humanité, que de permettre aux toxs d’injecter dans de bonnes conditions d’hygiène, d’avoir accès à de la prévention et de la réduction des risques, d’être écoutés et non stigmatisés, et surtout d’être reconnus en tant qu’homme ».

Cependant il reste des questions sur la perception de telles structures par les personnes habitant à proximité, ainsi que sur le travail qui doit être effectué avec les autorités. Il a été rappelé lors du Chat que ces dispositifs seront implantés dans des lieux où la consommation existe, et pose déjà problème, et que le travail devra être fait en étroite collaboration avec les forces de l’ordre, afin que ces dernières n’interfèrent pas avec les objectifs de santé publique de ces salles. L’idée de repenser la loi 70, qui pénalise l’usage a aussi été abordé, pour que les personnes puissent se rendre dans ces salles, sans peur d’être arrêtées par la police sur le trajet.

Les attentes des séronautes par rapport à ces salles sont qu’à terme elles proposent du dépistage rapide VIH et VHC. « Il faudrait aussi beaucoup plus médiatiser les salles de consommation à moindre risque, pour que l’opinion publique comprenne vraiment les enjeux de santé publique qui en découlent ». De plus, « il faut que ces salles soient totalement anonymes », « moi j’attends des ces salles que les gens ne vivent pas ce que j’ai connu, comme beaucoup d’autres au début des années 80. Les échanges de shooteuses à peine rincées dans les squats, de prendre de l’eau dans les wc de bars pourris, ou pas, et de me retrouver au poste en manque après avoir demandé une shooteuse à la pharmacie ».

Les craintes des séronautes seraient que ces salles deviennent des lieux de deal, ou de fichage de personnes consommant des drogues.

Si vous les avez ratés, voici quelques articles qui tordent le cou aux fausses croyances et aux préjugés liés aux salles de consommation :

Salles de consommation : 22, v’là les flics !

Salles de conso : gare au Garraud !

Salles de consommation : le gouvernement pressé d’intervenir

La question des autres modes de consommation dans ces salles a été posée ? « Qu’en est-il pour ceux qui consomment par snif ou en fumant (fumer du crack) ? ». A l’heure actuelle aucune réponse formelle ne peut être apportée, mais je pense que les autres modes de consommation seront pris en compte lors de la création de ces salles.

Même si l’efficacité de ces salles en terme de santé publique a été prouvée dans plusieurs pays, il reste en France encore beaucoup de freins et de réticences vis-à-vis de l'implantation de ces structures.

Et vous quelles sont vos attentes et vos craintes par rapport à l’expérimentation des salles de consommation à moindre risque ?

Faut-il plus de communication autour de ces salles, pour une meilleure compréhension de ses objectifs ? Si oui, par quels moyens ?

C’est à vous…

Portrait de lounaa

Ce compte rendu na rien oublier, il est parfait il parle de tout ce qui fait que ces salles sont importantes , l'approche de ces personnes avec pour eux la possibilité de se faire tester ne pas se sur contaminé obtenir du matériel stérile qui sait une substitution pour ceux qui le souhaiteront , et le contact sa c'est hyper important , leur redonner l'envie de se poser ne serait ce que quelques minutes, de pouvoir parler si elles le souhaitent , bref leur donner un peu de chaleur humaine avant tout ... même si beaucoup ne viendront que pour le matériel sans doute sa fait rien je suis persuader que sa va en aider plus d'un, qui sait à s'en sortir , ou du moins avoir le choix de pouvoir accéder à la substitution et se sortir de la dope ... Et bien sur sa laissera beaucoup moins de champ libre à la contamination des virus ... J'ai pas encore lu les liens en bleu mais justement j'ai peur que beaucoup d'entre eux craignent que les keufs les pistes ... Pour les citées un local au rez de chausser ou dans l'immeuble serait mieux que un bus sans doute non ? Essayer de faire passer le message aux grands frères , aux assos de ces citées si il y en à ... Car d'or et déja certains imaginent les stups planquer derrière une fenêtre , les prenant en photos etc , ou les pistants , ou pire les serrant plus loin ... !!! Sa va pas être facile d'organiser cela , mais pour ces anges perdus il faut trouver une solution , vous l'avez sans doute déja imaginer ? Sinon c'est une bonne nouvelle que le chat se soit bien passer ! Ah si j'avais su ...Quand au votes sur le site pour les salles c'est cool c'est un grand yes ... Bises @ plus ..
Portrait de vichenzo

j'ai contacté une personne s'occupant du projet SCRM France (Salle Consommation Moindre Risque) pour lui poser la question de la place, des autres modes de consommations dans le cadre des salles de conso, voici l'échange que nous avons eu : "Bonjour, j'ai une petite question par rapport aux salles de conso à moindre risque, car je travaille pour le site internet Seronet et j'ai animé un Chat mardi dernier sur les salles de conso, et lors de ce Chat l'on m'a posé la question "est ce que les salles de conso seront ouvertes aussi aux autres modes de consommation ?" (là en occurrence la personne parlé des fumeurs de Crack). Ne connaissant pas la réponse j'ai répondu à cette personne que les autres modes de consommation seront surement pris en compte, mais j'aimerai avoir confirmation de votre part. Merci d'avance." et voici la réponse que j'ai eu : "Bonjour Vous avez bien répondu à cette personne et c'est pour cela que l'on parle de salles de consommation à moindre risque plutôt que de salles d'injection. Chaque dispositif devrait normalement être adapté aux contexte locaux pour répondre au mieux aux situations." Donc oui les salles de conso seront bien ouvertes aux autres modes de consommation, après tout déprendra du contexte et des besoins qui émergeront... Bonne journée. Vichenzo
Portrait de frabro

http://www.marianne.net/Les-salles-de-shoot-ne-sont-pas-des-bars-a-came_... Je vous invite à lire cette interview de Roselyne Bachelot qui fait preuve en la matière d'une lucidité fort rare dans son parti politique.