La Cimade décerne ses "Charter awards" aux préfectures

22 Juin 2016
1 323 lectures
Notez l'article : 
0
 

L’association de défense des étrangers et de leurs droits a dressé un amer palmarès. Mardi 7 juin, la Cimade a "récompensé" les préfectures françaises ayant eu recours à des pratiques abusives dans la décision d’expulsion de personnes étrangères du territoire français, même malades. Cette action a été simultanément menée par les antennes régionales de la Cimade et ses partenaires associatifs devant sept préfectures de métropole et d’Outre-mer. Le siège de Cimade organisait le même jour à 15 heures, une cérémonie des "Charter awards" à la Maison des métallos à Paris. Au programme, un tapis rouge devant les "meilleures" représentantes de l’autorité en ce domaine. Exemple à Nantes, avec le prix "je vais bien ne t’en fais pas", pour le zèle sans cesse renouvelé pour expulser des malades étrangers, sans garantie qu’un traitement existe dans leur pays d’origine, ce qui est pourtant une condition nécessaire à un éventuel renvoi dans son pays d’origine. La ville de Bobigny qui hérite du prix du "Very bad trip", pour avoir enfermé et tenté d’expulser un ressortissant… français. Ces prix entendent mettre en lumière l’action kafkaïenne et violente de certains représentants de l’Etat français dans l’application des politiques sur l’immigration. "Ces pratiques s’inscrivent dans un traitement alarmant des personnes étrangères gravement malades qui vivent en France", dénonce la Cimade. Sous le quinquennat de François Hollande, le nombre d’expulsions de personnes malades étrangères est en hausse. Surtout, c’est sous un gouvernement de gauche qu’on a vu des personnes étrangères vivant ave le VIH ou une hépatite virale pouvoir être expulsées, malgré le risque de rupture de soins.