La double menace VIH et Covid-19

21 Juillet 2021
353 lectures
Notez l'article : 
0
 

Le 14 juillet, l’Onusida a publié une mise à jour de son rapport mondial sur le sida dans le monde en 2021. Cette actualisation montre que les personnes vivant avec le VIH sont confrontées à la double menace du VIH et de la Covid-19, car les populations clés et les enfants ont toujours très peu accès aux services de lutte contre le VIH. « Les populations clés et leurs partenaires sexuels représentent 65 % des nouvelles infections au VIH, mais sont largement exclues des ripostes au VIH et à la Covid-19. 800 000 enfants vivant avec le VIH ne suivent pas le traitement indispensable pour les maintenir en vie » indique le rapport. L’Onusida met également en exergue les graves disparités dans l’accès aux vaccins Covid-19. « En Afrique subsaharienne, qui abrite les deux tiers (67 %) des personnes vivant avec le VIH, moins de 3 % avaient reçu au moins une dose de vaccin contre la Covid-19 en juillet 2021 » déplore l’Onusida. Et d’ajouter : « Les vaccins contre la Covid-19 pourraient sauver des millions de vies dans les pays en voie de développement, mais sont maintenus hors de leur portée, car les pays riches et les laboratoires verrouillent étroitement le monopole de la production et de la livraison des produits aux seules fins de profit. Ce comportement a des répercussions considérables dans le monde entier, car les systèmes de santé des pays en développement sont dépassés, comme en Ouganda, où les stades de football se transforment en hôpitaux de fortune ». Le nouveau rapport de l’Onusida montre aussi comment les confinements et autres restrictions liés à la Covid-19 ont gravement perturbé le dépistage du VIH, ce qui a entraîné dans de nombreux pays des baisses spectaculaires du nombre de diagnostics du VIH, des orientations vers les services de soins et des déclenchements de traitement du VIH. Enfin, une nouvelle analyse intégrée au rapport démontre la corrélation positive entre de meilleurs résultats en matière de VIH et l’adoption de lois qui font reculer les discriminations. Une étude menée en Afrique subsaharienne a révélé que la prévalence du VIH chez les travailleurs-ses du sexe était de 39 % dans les pays qui criminalisaient le commerce du sexe, contre 12 % dans les pays où il était partiellement légalisé. « Voilà maintenant 40 ans que nous luttons contre le VIH. Les succès et les échecs nous ont appris que nous ne pouvions pas nous préparer à une pandémie ni la vaincre, sans dissoudre les inégalités, promouvoir des approches centrées sur les personnes et basées sur les droits et sans travailler avec les communautés pour atteindre toutes celles et tous ceux qui en ont besoin », a déclaré Mme Byanyima, Directrice exécutive de l’Onusida.

Commentaires

Portrait de jl06

L'étrange histoire de youtubeurs payés pour désinformer sur les vaccinsUne mystérieuse agence de marketing a offert de l'argent à des influenceurs allemands et français pour diffuser de fausses nouvelles sur Pfizer. Et les indices, dans ces cas comme dans d'autres, mènent à la Russie29 JUILLET 2021 4 MINUTES DE LECTURE  

Le youtubeur et écrivain scientifique français Leo Grasset a révélé sur Twitter à la mi-mai qu'il avait reçu une étrange proposition. Une agence de marketing lui avait proposé une somme conséquente pour publier une vidéo thématique, avec une prestation bien précise : montrer, chiffres en main, l'augmentation de la mortalité chez les personnes ayant reçu le vaccin Pfizer en France.

À peu près à la même époque, l'influenceur scientifique allemand Mirko Drotschmann reçoit un e-mail avec une offre similaire à celle de Grasset. La même agence de marketing d'influence (il s'appelle Fazze) lui demande de publier une vidéo sur sa chaîne avec près de 1,5 million de followers dans laquelle il démontre la dangerosité du vaccin Pfizer par rapport à celui d'AstraZeneca.

Le brief de l'agence semble sortir d'un manuel sur la désinformation ciblée : l'agence demande de partir d'un article publié dans Le Monde concernant le piratage des serveurs de l'EMA, l'Agence européenne du médicament, et de relier le fait (en fait arrivé) à un tableau contenant des données sur la mortalité des patients obtenues de différentes sources, sorties de leur contexte et astucieusement agrégées pour démontrer le danger du vaccin Pfizer . Le but bien trop évident est de suggérer un lien entre le vol de données et cette table.

 

Dès que Drotschmann et Grasset dévoilent l' offre de Fazze , les articles rapportés par l'agence aux deux youtubeurs disparaissent de la Toile. Seul celui du Monde, utilisé comme tête de pont involontaire, reste accessible en ligne. Pendant ce temps, 4 autres influenceurs entre la France et l'Allemagne suivent l'exemple de leurs confrères et révèlent publiquement qu'ils ont reçu la même proposition.

 

SOCIALE ET DE SÉCURITÉDans les coulisses de TikTok, où l'IA et les humains luttent contre les fake news17 juin 2021

 

Deux youtubeurs acceptent l'offre
En Europe la campagne saute, mais fait mouche en Inde et au Brésil : le journaliste allemand Daniel Laufer, enquêtant sur les reportages de Drotschmann et Grasset pour Netzpolitik , découvre les vidéos des youtubeurs Everson Zoio et Ashkar Techy, qu'ils ne partagent généralement aucun type de contenu scientifique. Dans deux vidéos publiées à la mi-mai, ils sortent tous les deux de leur personnage pour montrer à leurs abonnés les données que Fazze tentait de diffuser sur les chaînes d'influence allemandes et françaises. Dans les deux cas, ils ne révèlent en aucune manière qu'ils ont été payés ou l'origine réelle de ces donnéesTout comme Fazze avait demandé à Drotschmann et Grasset de le faire, les invitant de facto à violer les lois allemande et française sur la publicité secrète.

La clé de voûte de toute l'opération est le tableau avec le nombre de décès liés aux vaccinations qu'Ashkar Techy et Everson Zoio montrent dans les vidéos. Selon les données relatives à l' Allemagne , celles que Fazze avait envoyées à Drotschmann, sur un million de doses de vaccin Pfizer il y a eu 29,9 décès, contre 6,5 décès enregistrés parmi ceux qui avaient reçu un vaccin AstraZeneca . Contactés par Laufer, les deux youtubeurs n'ont pas répondu et ont rapidement supprimé les vidéos incriminées.

 

Une image de la vidéo d'Ashkar Techy, publiée par la BBC 

 

Aucune corrélation
Selon l' Institut Paul Ehrlic , un organisme allemand qui s'occupe de la réglementation des vaccins , les données du tableau sont grossières et trompeuses : « Les chiffres pour l'Allemagne, qui sont apparemment basés sur des données fournies au public par le Pei depuis le début d'avril, ils ne disent pas combien de personnes sont mortes de la vaccination, comme le titre le prétend, mais seulement combien de personnes sont décédées dans les 40 jours suivant la vaccination » , a expliqué Laufer dans l'enquête.

Les chiffres, en substance, ne montrent aucune corrélation directe entre le vaccin et les décès enregistrés par l'organisme allemand. Comme l'illustre le Pei, parmi les décès enregistrés, l'âge moyen était supérieur à 80 ans et presque tous étaient à haut risque pour leurs antécédents médicaux. En d'autres termes, ces décès dans le tableau sont des personnes décédées dans les 40 jours suivant l'administration du vaccin, mais généralement de causes naturelles, de maladie ou d'accidents. Alors pourquoi cette nette différence de nombre de morts entre Pfizer et Astrazeneca ? Simple, car comme le montre le graphique ci-dessous (qui provient d'Impfdashboard.de) en Allemagne, le BioNTech / Pfizer Comirnaty est de loin le vaccin le plus utilisé.

Bref, un autre gimmick du manuel de la désinformation : les chiffres sont réels, mais ils sont présentés de manière trompeuse pour arriver à créer une fake news à partir de faits concrets, mais complètement déconnectés les uns des autres.

 

 

Qui se cache derrière
Fazze, l'agence de marketing d'influence qui a mené la campagne, n'est en fait qu'une façade d'une opération qui a des liens clairs avec la Russie. L'adresse du bureau londonien de Fazze, 5 Percy Street dans le quartier de Fitzrovia, appartient à une boîte aux lettres dite d'entreprise, c'est-à-dire un bureau virtuel auquel des centaines d'entreprises sont connectées. Une recherche avec Google Street View montre la plaque Company Formation Advice (anciennement Company Advice) à l'adresse : l'entreprise, selon un rapport BellingCat sur le recyclage international, a enregistré des centaines de Ltd avec des liens vers la Russie au Royaume-Uni, y compris de nombreuses sociétés traitant des jeux d'argent, du commerce et du forex, et d'autres activités suspectes en général.

D'après le site Web du British Business Register, où Fazze n'est pas enregistré, il s'avère cependant qu'une autre société de marketing, AdNow Llp, a également été fondée à la même adresse en 2014 Au cours de son enquête pour Netzpolitik, Laufer a découvert que le lien entre AdNow et Fazze n'est pas si difficile à détecter : de nombreux domaines à partir desquels l'agence opère, en fait, font référence à des propriétés Web qui appartiennent à AdNow, et ainsi ainsi que les e-mails envoyés aux adresses Fazze.

Ici, les liens avec la Russie sont encore plus évidents : AdNow a été fondée par un Anglais et le Russe Stanislav Fesenko en 2014. L'un des employés, Vyacheslav Usoltsev , figurait sur un profil LinkedIn désormais supprimé en tant que PDG de Fazze. Pas seulement cela : jusqu'en 2018, la directrice de la division russe d'AdNow était Yulia Serebryanskaya, une vétéran des campagnes politiques et responsable marketing de Russie unie, le parti majoritaire qui soutient Poutine. Serebryanskaya, comme l'illustre une enquête de RadioFreeEuropeil a également fondé et dirige une organisation appelée l'Initiative russe, qui vise à « promouvoir la culture de la Russie et représenter ses traditions et ses réalisations sociales, plutôt que de tolérer une idée déformée de la patrie ».

 

INTERVIEW"Donc, sur Twitter, nous avons protégé les conversations sur les coronavirus des fausses nouvelles08 juillet 2021

 

Le client inconnu
Quel est le but ultime de cette campagne, malgré ces liens évidents avec la Russie, ne peut qu'être hypothétique, car il n'y a pas de traces directes de l' implication d'autres principaux institutionnels . La théorie la plus acceptée est que l'initiative fait partie d'une série d'opérations visant à promouvoir le vaccin Spoutnik V , étant donné que certaines données de la campagne Fazze sont curieusement similaires aux documents officiels pour la promotion du médicament de fabrication russe. Parallèlement, les autorités françaises et allemandes ont lancé des enquêtes indépendantes pour tenter de comprendre qui est le client AdNow qui a commandité l'ensemble de l'opération.

Ce que l'on sait déjà, c'est que la campagne qui a impliqué les deux youtubeurs européens n'est que la pointe de l'iceberg. La plateforme vidéo de Google et d'autres réseaux sociaux sont désormais devenus des cibles idéales partout dans le monde pour des opérations de désinformation payantes à grande échelle, et pas seulement celles axées sur les vaccins anti-Covid . Un marché qui selon les experts et analystes en sécurité a explosé ces dernières années, grâce à un nombre croissant d'entreprises et d'agences internationales capables de mener des campagnes mondiales qui étaient autrefois l'apanage des agences d'espionnage.

Soudoyer des influenceurs et acheter de la visibilité sur les réseaux sociaux pour des positions de division ou pour diffuser de la désinformation ciblée n'est qu'une des tactiques. Il y a des réseaux de bots sur Twitter, de faux comptes sur Facebook, des interventions anonymes sur Reddit, dans une tendance dont la genèse, selon de nombreux experts du secteur, remonte au scandale Cambridge Analytica de 2018. La vraie différence entre les campagnes pro-Chine à Taïwan, par exemple, ou la désinformation pro-française ou pro-russe en République centrafricaine et la campagne de Fazze, c'est que jusqu'ici peu ont essayé d'impliquer des poids lourds du calibre de Drotschmann et Grasset. Une grossière erreur pour un groupe de désinformation expérimenté, mais qui laisse inévitablement une question ouverte :dans combien d'autres cas la même tactique a-t-elle réussi et personne ne l'a remarqué ?